The Age of IA – Robert Downey Jr

Enfin une vision de l ‘ intelligence artificielle positive !

l ‘ intelligence artificielle a mauvaise presse , elle est vue , comme le mal incarné , comme peuvent l ‘ être , à cause de journalistes mal intentionnés ,en quête de sensationnalisme à bon marché et sans risque , sous informé et sous éduqué , technologiquement parlant comme le quatrième cavalier de l ‘ apocalypse , le cinquième étant le jeu vidéo . Mais il arrive , qu ‘ il y est de bonne initiative pour montrer l ‘ utilité de l ‘ IA dans la vie de tous les jours et que cela en sus positif .

On me rétorquera que la fiction n ‘ aide pas non plus : entre Ultron , Dolorès Albernathy , le projet 2501 , les cylons humanoïdes et les IA telles que décrites dans «  kill switch «  durant la saison cinq d ‘ XFiles (pourtant un de mes préférés ) montrent de façon toute sauf flatteuse l ‘ intelligence artificielle , mais il ya des exceptions : Data de Star Trek : the next génération et la machine de person of interest .

Puis, il y eut l ‘ initiative Nvidia : I am IA .
The Age of IA : le i am IA de Youtube
I am IA est une série de clips , plutôt bien fait , produit par Nvidia pour promouvoir l ‘ IA . Mais , bien que je reconnaisse des qualités à ceux-ci , elle est trop «  pour les professionnels de la profession «  , mais le métier de Nvidia , ce n ‘est pas le spectacle , c ‘est le GPU et par extension l ‘ IA .

Youtube , branche média du consortium Alphabet , c ‘est imposé , comme média majeur ces dernières années . Comme l ‘ IA , il y a un avant et un après . Comme l ‘ est le Marvel Cinematique Universe (MCU) .

Qui dit MCU , dit Robert Downey Jr , première incarnation du multi milliardaire , inventeur : Tony Stark . Robert Downey Jr , produit et présente «  the age of IA « 

Pour tous les professionnels de la profession , cette série est un certain soulagement . L ‘ IA est présenté pour ce quelle est : un outil , comme peu l ‘ être le cloud , le tableur . Robert Downey Jr y met du sien .

The Age of IA montre le meilleur des technologies IA , tous en étant didactique . Je rappelle que c ‘est une série grand public , pas la cible des GTC.
Une vision positive du transhumanisme
Là ou en Europe , nous aurions tendance à tourner autour du pot , voir à dénigrer ce que l ‘ on ne comprend pas et qui sort des cadres de la pensée , les Américains , non pas ces appréhensions , concernant la technologie .

Le transhumanisme est vu , comme l ‘ un des cavaliers de l ‘ apocalypse par des gens , qui pensent que l ‘ Homme doit rester tel qu ‘ il est , mais qui utilise Internet et un macbook pour vomir sur les technologies dont la 5G .
Les technologies robotiques adapter pour l ‘ homme , peuvent sauver celui-ci , nous ne sommes plus au dix-neuvième siècle ou l ‘ on opéra à vif ou quasi sur une table de cuisine et que l ‘ on coupa le membre avec un couteau à beurre ou presque

 

Star trek Picard

La meilleure nouvelle pour la franchise de Gene Roddenberry

J ‘ ai beau être , de la «  team Babylon 5 «  , je ne suis pas insensible au Trek Verse . J ‘ ai découvert Jean-Luc Picard a l ‘ époque de «  Star Trek générations «  et j ‘ ai suivis , sur ce qui reste le meilleur film ST à ce jour : «  premier contact «  . Next génération a très mal vieilli , est merveilleusement typé 90’s a contrario Voyager et Deep Space 9 sont plus 2000 dans l ‘ écriture et la mise en scène .
Le choix du non choix
Data , avec le continuum Q sont les bonnes idées de NG . Data , en ces temps d ‘ intelligence artificielle émergente est la vision auquel tout aspire toutes personne travaillant dans le domaine . Un épisode comme «  une journée de Data «  montre bien la chose .

Picard ou tout du moins ces scénaristes ont montré que toute au long de cette saison , tenaient compte des œuvres sorties entre-temps . Le twist de la troisième sœur est bien trouvé , comme sa réaction «  à la cylon «  . Sonji , se révèle une bonne «  descendante «  de Data .

Picard , bien que vrai – fausse suite de next génération , est une très bonne introduction : elle présente la Fédération , les antagonistes , les Borgs et la philosophie de l ‘ univers . Les personnes qui ont aimé Picard peuvent ce replongé sur les séries antérieures .

Picard est aussi l ‘ inverse du médiocre ( euphémisme ) «  star trek discovery «  , cette dernière est tout aussi médiocre que la mini-série «  watchmen «  et le pire est que STD est canon .

Vous l ‘ aurez compris : regardez-vous Picard !

 

Westworld saison trois

Changement de contexte

Westworld est sans doute la série la plus intéressante depuis longtemps . Même si j ‘ ai de grands doutes sur une éventuelle cinquième saison .
Dolorès around the world
Nous avions laissé Dolorès dans une autre peau et plus que tout : en colère contre les humains et le fait d ‘ avoir perdu Teddy . Le sujet de la saison est le monde extérieur et la vie des humains . La bonne idée du couple Nolan est d ‘ avoir pris toute l ‘ hystérie contre le big data et l ‘ intelligence artificielle et l ‘ avoir mis brut à l ‘ écran . Le grand sujet de 2020 , hors COVID 19 a été l ‘ éthique de l ‘ intelligence artificielle . L ‘ entièreté de la saison trois est l ‘ alpha et l ‘ oméga sur le sujet .

Dolorès avant son départ de Westworld c ‘ était cloné un certain nombre de fois .Elle sait aussi renseigner sur nos mœurs et nos trop nombreux points faibles moraux , elle en fait toute la démonstration lors du premier épisode . Parallèlement , ces copies , qui grâce aux technologies qui lui sont propres , évoluent de leurs côtés et justifie une quatrième saison .

Il est intéressant de pouvoir comparer deux séries comme Battlestar Galactica et Westworld , qui parle du mème sujet mais pour autant du fait des grandes différences entre Dolorès et Numéro 6 ont un chemin parallèle et inverse , la ou les Numéros 6 s ‘ humanisent , elles qui étaient les jézabels des Cylons , Dolorès devient de plus en plus robotique et obsessionnel , mais la résultante de Battlestar Galactica et Westworld : libéré l ‘ Homme d ‘ une quelconque domination informatique .
Incite ou la variation française
Bien que cela soit une production Bad Robot , en trois saisons , rien n ‘ est laissé en suspens et d’ un point de vue de la simple fidélité : les fans sont récompensés . L ‘ introduction de la société Incite et de son visage humain : Vincent Cassel , qui pour une fois n ‘ en fait pas des caisses , remet la série en perspective et certains propos «  anodin «  , car écris et joué comme tel , sont mis en exergue .

La troisième saison est aussi une course contre le temps . Enguerrand Serrac ( cela sonne comme un vin de Bordeaux markété par Apple ) , dirige donc Incite , qui est au «  monde réel «  ce qu ‘ est Délos pour les complexes Westworld . Incite à un but : amélioré l ‘ Homme , malgré lui , quitte à enlever les mauvaises graines et au pire ( relatif ) les mettre au frigo , chose a faire hurler les SJW …

l ‘ IA d ‘ Incite gérait donc le monde , évitant les révolutions , empêchant les crises politiques , financières , ce joli tableau , policé est perturbé par Dolorès , qui elle crée des catastrophes . Là ou la série s ‘ évite un frère Cavil , c ‘est que Dolorès et Incite ont raisons : l ‘ Homme est pas essence immature et provoque des horreurs par jeux et ennuie , mais se refuse a payé ce qu ‘ il faut pour un semblant d ‘ harmonie pour l ‘ intérêt commun . L ‘ entité Dolorès ne gagne que parce l ‘ Homme veut assumer ces choix , on rejoint Matrix .
La saison quatre …
Charlotte – Dolorès Hale , clone de Dolorès va être le centre de la quatrième saison , elle c ‘ est peu à peu détaché de son modèle et du fait de l ‘ empathie de l ‘ origine est devenu la pire des choses pour l ‘ Homme : un Cylon . Certes , nous avons Bernard , mais j ‘ espère que l ‘ on va s ‘ évité une redite «  facile «  de Battlestar Galactica | Animatrix | Terminator , mème Star Trek avec Picard est tombé dans cette facilité malgré Data .

Apple M1

Le challenger n ‘ est pas celui que l ‘ on croit

Apple est donc revenu à ces premiers amours : une architecture qui lui appartient à lui seul , avec des clients , de préférence ignorant , valorisant l ‘ architecture , exotique par rapport à la concurrence (qui à forcement tord et comme cela n ‘est pas Apple , ce sont donc des méchants) et incompatible avec tout le monde .
M1 : huit cœurs CPU , huit cœurs GPU , insuffisant pour le vrai travail
Le M1 n ‘ a rien de révolutionnaire , c ‘est un simple rebranding , digne du pire marchand de chaussures de Port Lecate dans l ‘ Aude . Apple , sous couvert d ‘ «  innovation «  a pris son dernier machin au sein de l ‘ iPhone 12 , qui ne sert qu ‘ à mettre des philtres Instagram et le valorise pour le fixer a égalité fasse aux CPU d ‘ AMD , Intel est parti pour quelques années de désert .

Le M1 , venant du mobile a l ‘ avantage de ces inconvénients , il consomme peu , dégage peu de chaleur , mais est infoutu de faire du calcul très lourd ( rendu 3D 4K/8K , machine learning ..) , les Mac Book air et autre Mac mini , bref sympa pour la startup nation , mais rien pour le DevOps .

On me répondra que M1 est accompagné de Mac Os XI , spécialement compilé et optimisé pour ARM , je réponds GCC , compilateur open source de Richard Stallman qui dispose depuis des années d ‘ une branche ARM . Linux a bien sur un noyau ARM , mais la cible Apple a non seulement jamais entendu parler de GNU/Linux et quand c ‘ est le cas , il considère que c ‘est un truc de geeks communiste ( tendance trotskiste de sur crois ) . Bien sur , M1 est verrouillé de bout en bout et «  sécurisé «  par le T2, qui lui n ‘est pas sécure .

Nous sommes chez Apple , pas Lenovo
Un asséchement des applications , malgré le cross-plateforme
Apple a donc son appstore et son IDE «  gratuit » . Tout serait parfait pour le board d ‘ Apple , s’il n ‘ y aurait pas eut le pépin Epic Games . Certes les médias non spécialisés ( euphémisme ) résument Epic à Fortnite , mais c ‘est surtout les technologies Unreal Engine , poids lourds dans l ‘ imagerie , comme le fut Autodesk . On ne fâche pas une entreprise comme Epic Games , sauf si on est la personne qui en tout fait pour emmerder Nvidia et ne pas acheter ces GPU .

Apple va tout faire pour faire la mème chose post Big Sur , qu’elle va être l ‘ attitude d ‘ un Ableton s’il doit passer par la fourche caudine de Cupertino ? Combien pèse Apple dans son listing de clients ?

Donc sous réserve de servir la même clientèle , de l ‘ iPhone à l ‘ iMac , en empêchant la concurrence , pour avancer ces services ( forcement meilleur , car optimum ) et d ‘ agité un nombre de développeurs , rêvant de vendre leurs applications inoffensives pour l ‘ écosystème Apple , vendu comme migration «  réussi «  pour la WWDC 2021 .
Nvidia , comme challenger
Nvidia a racheté ARM . Nvidia a la maîtrise de cette plateforme avec ces GPU , puis sa gamme de Jetson , qui n ‘est pas du tout grand public et tourne pour le fan d ‘ Apple sous Linux . Nvidia a racheté un revendeur de solutions ARM pour serveurs , donc bien plus de cœurs et de threads que le M1 ; on pourra me rétorquer que les mondes de l ‘ entreprise et de la maison sont distinct …

Certes , mais Nvidia bénéficie d ‘ une image de marque , c ‘est une entreprise bienveillante , ouverte au monde , n ‘ étant pas élitiste . ARM va bien sur prendre la place du X86_64bits ,mais en temps et heures , en douceur .
Nvidia a le soutient du monde académique et valide tous ces concepts petits à petit , ne prend pas ces clients pour des bêta testeurs de luxe . Quand Nvidia sortira son premier processeur de bureau , ce ne sera pas du huit cœurs et pas à 800 € .

Il va y avoir un nouveau shérif à Santa Clara et il n ‘est pas un tendre .