La chute de Blizzard

Une dague , plusieurs assassins

À la fin des années 1990 , Blizzard était aussi culte qu ‘ Apple . Le studio d ‘ Irvine sortait peu de jeux , mais chacun d ‘ une qualité indéniable . Tout comme la boite de Cupertino , Blizzard , communiquait peu ou si elle le faisait c ‘ était juste pour dire : c ‘est près , vous pouvez acheter . cette assurance qualité avait survécu à son rachat par Vivendi et donna les excellents et glauque Diablo 2 et Warcraft 3 .
Warcraft 3 – World of Warcraft – Starcraft 2 : Wing of liberty – l ‘ apogée
De 2002 à 2010 Blizzard marchait sur l ‘ eau , Warcraft 3 avec son scenario dramatique préparait la foule de fans à l ‘ introduction du MMORPG «  World of Warcraft «  , qui devint aussi iconique de son genre que le fut Warcraft 3 , le premier Starcraft et Diablo 2 .

WoW avec ses abonnées , ces histoires épiques ( le retour d ‘ Arthas ..) permit à l ‘ entreprise d ‘ Irvine de préparer la suite du mythique Starcraft . C ‘est la que pour moi commencent les ennuis de Blizzard .

Warcraft 3 , comme Starcraft permettent de jouer trois factions , W3 , comme son extension permettait de le faire sans rajouter au pot . SC2 , non , les commerciaux ont fait découpé le jeu en trois parties , certes en multijoueurs on retrouve les terrans , les zergs et les protoss , mais pour la partie scénarisée , c ‘ était 60 € par race jouable . Comme SC2 a été la quintessence de l ‘ Esport ( avant que nos médias arrièrent gardiste et que France Inter ne dise que ce n ‘ était pas très anarcho écologiste ) . Il y eut son lot de soucis d ‘ équilibrage , d ‘ unités redondantes , bref le jeu c ‘est suicidé en voulant à la fois séduire le joueur occasionnel et le sportif de haut niveau . Ce qui possible au golf , au cyclisme , ne l ‘ est pas pour l ‘ Esport .

Donc , nous avons un jeu qui changeait de règles , une fois par quinzaine et qui repartait a zéro une fois par mise à jour payante . La Corée , lieu de prédilection du sport numérique , centre de gravité de la discipline a jetée l ‘éponge .

Moralité : Starcraft 2 est devenu gratuit du jour au lendemain et Blizzard n ‘ a jamais présenté d ‘ excuses aux joueurs dévoué et de fait cocu .
Diablo 3 : mon petit poney chez les démons
L ‘ autre clou dans le cercueil est l ‘ affaire de l ‘ hôtel des ventes de Diablo 3 . La série Diablo est un hack n ‘ slash , est la forme la plus simple de jeu de rôle sur PC .

le but dans la série des Diablo est de créer un personnage , selon des archétypes pré établie et de le faire monter en puissance au fil des missions , des donjons explorés . Mais à l ‘ époque du premier Diablo 2 , du fait du réseau « gratuit «  battlenet , ce mis en place un marché non contrôlé de revente d ‘ items , ou l ‘ arnaque courait les serveurs et que Blizzard , société créatrice ne touchait bien évidemment pas sa commission .

Diablo 3 fut annoncé durant une Blizzcon ( l ‘ équivalent chez Blizzard de l ‘ E3 et de la WWDC chez Apple ) . L ‘enthousiasme était grand , il passait enfin en 3D moderne , le scenario s ‘ annonçait sombre ( attention twist ) et il y eut l ‘hôtel des ventes , dès lors un début de grogne s ‘ amorçait car «  optionnel «  , pur mensonge , le jeu a été écrit de telle sorte à ce le joueur n ‘ est pas l ‘ équipement minimum et qu ‘ un certain nombre de fois , ne corresponde pas à son personnage . Le joueur de bonne foi devait donc aller s ‘ équiper a l ‘ hôtel des ventes et sortir sa carte de crédit pour avancer dans son jeu .

Blizzard , jusque la , écrivait bien ces jeux , arrivait à faire faire des choses pas très ragoûtantes par le joueur . Puis vint le twist de la fin du troisième acte ou Léah , que l ‘ on protège depuis le début , se révèle la réincarnation de Diablo , même les achats de NRJ12 ne veulent pas d ‘ un retournement de série Z , comme cela . La suite directe nous fait combattre Malthael , ange de la mort . Je ne vais pas parler des parangons , des failles etc . À ce moment je décidai de migrer sur Steam et d’installer Elder Scrolls V : Skyrim .
La non réaction face à Leagues of Legends
Blizzard , Comme Apple ne sont pas des inventeurs . Blizzard n ‘ a pas crée le STR , le HNS ou le MMORPG . Blizzard a réussi à créer un lore cohérent , ce qui distinguait Irvine de ces proches concurrents de l ‘ époque . Puis il y eut l ‘ incident DOTA

La première version de Warcraft 3 , comme l ‘ était son prédécesseur , comme Les deux Starcraft dotée d ‘ un éditeur de cartes . DOTA est née dans la couveuse Warcraft 3 et du fait de son gameplay simpliste a donnée naissance au tower defense .

Les créateurs de DOTA ont vu qu’ils avaient un business model , ils démarchèrent Blizzard , qu ‘ y ont refusé . Donc ils allèrent chez Valve et créèrent DOTA 2 . En parallèle , un éditeur sorti de nulle part lança League of Legend , le tower defense , genre jusque la confidentielle , devint grand public , le succès de LoL , moins exigeant qu ‘ un STR a condamné Starcraft 2 .

Autre conséquence , plus fâcheuse : tous mods crée avec le moteur de Warcraft 3 Reforged appartient de facto à Activision – Blizzard . W3R est un jeu qui ne se vend pas , en sus d ‘ être bugué jusqu ‘ a la moelle .
Le cas Overwatch ou se prendre le mur Fortnite a pleine vitesse
Quand fut annoncé Overwatch , je n ‘est pas du tout adhéré . Je n ‘est pas compris le concept du FPS a classes . Pourtant , j ‘ ai connus counterstrike béta ou Unreal Tournament .

Blizzard a cru son marketing : il était le Pixar du jeu vidéo . Conséquence : pour la promotion du jeu ça a littéralement dégueulé de cinématiques , toutes plus bêtes , insignifiante les unes que les autres .
Le jeu a bien évidemment été conçu comme du game as service . mais , n ‘ a pas réagi fasse à Fortnite , certes , des joueurs achètent chaque année leurs Call of Duty et leurs FIFA ( c ‘est la même clientèle ) . Mais Fortnite est aussi un FPS compétitif , mais gratuit , comme counterstrike .

Fortnite en sus , évolue toute le temps , ce que ne fait plus Overwatch , celui-ci a d ‘ ailleurs été lâché par ces sponsors , donc une entrée d ‘ argent pour Blizzard en moins . Il y a un an ou deux , Irvine a annoncé un Overwatch 2
, avec une partie solo . Verrat il le jour ? , comme Diablo 4 ? Qui sait , Blizzard retrouvera sois la lumière , sois rejoindra Maxis , Atari au cimetière

Les vingt-cinq ans de Quake

Un cadeau de Microsoft – Bethesda inattendu

La QuakeCon 2021 , autrefois , lieu ou les geeks se battaient à coup de railguns dans les versions successives de Quake sert Désormais à Bethesda Softwork à compléter leur annonce à l ‘ E3 , mais a leur communauté seule . Dans les années 1990 , il fallait choisir sa chapelle : ID Software Vs Epic Games . L ‘ entreprise de John Carmack , qui es pour moi l ‘ égal de Seymour Cray , pour les moteurs 3D ,Tim Sweeney CEO d ‘ Epic Games , tout comme Jensen Huang , lui CEO de Nvidia , héritiers géniaux de Bill Gates ,, bref , connaissant leurs C++ sur le bout des doigts et pas des marketeux de bas étages et sans imaginations . Je vous renvoie à Wikipédia , pour la destinée pré Bethesda d ‘ ID Software .
Quake : bien noté à l ‘ époque , mais mésestimé
Joystick , enthousiaste lors des différents prés versions proposé a la presse , a littéralement déversé des baignoires d ‘ eau froides pour calmer les hardeurs de potentiels acheteurs : un jeu banal ! Mais technologie formidable ..

ID Software à donner une avancée quantique dans les moteurs 3D , mais le jeu n ‘ est que «  banal » . Il a donné le goût aux œuvres de Lovecraft , initié a NIN , permit le futur Half Life .. Quake avec son ambiance macabre et sans concessions ( eut il eu les deux premiers Diablo , sans Quake ? ) .

Le Quake d ‘ origine est d ‘ une barbarie sans nom en 2021 , inacceptable de la part de son ambiance , pas de DLC et autre micro transactions ..
Puis la QuakeCon 2021 ..
Je ne suis pas la QuakeCon , mais j ‘ ai été , cette année obliger de m‘intéressée , car le vendredi , quelle ne fut pas ma surprise de voir mon vénérable Quake version Steam , se mettre à jour …

Quake , prend désormais en compte toutes les friandises visuelles «  next gen «  , qui assure l ‘ audience du ménestrel du jeu vidéo sur le YouTube français , mais le code source n ‘ a plus rien à voir avec le travail de Carmack et de John Romero .

L ‘ autre surprise est bien sur la mise à jour à venir d ‘ Elder Scrolls V : Skyrim . Bethesda donne une leçon à cette ancienne gloire du jeu vidéo que fut Blizzard , qui a la tendance a abandonné ces licences dès que cela ne rapporte plus : Quake à vingt-cinq ans et Skyrim : dix !

Multivers : de Snow Crash à la panique française

Ce fut un été , tous sauf calme que cet été 2021 . Je ne reviendrais pas sur nos différentes raclées sportives , en ce sens , nous revenons à la normale . Je ne parlerais pas non plus des vociférations consternantes des anti vaccins , car ils sont le résultat de l ‘ effondrement de notre système éducatif , donc que ces personnes et la méconnaissance crasse en général et de la pensée magique en particulier .

Non , cet été a vu émergé un nouveau buzzworld « : le multivers . Qu ‘ est ce donc que cela ? Primo l ‘ idée remonte au roman «  snow crash «  de Neal Stephenson , que j ‘ avait lu à la suite de la première édition de « cryptonomicon «  , secondo , ce concept ( l ‘ OASYS de ready player one en vrai) est repris par Epic Games via son free to play «  fortnite «

Un écosystème ce construit actuellement sous nos yeux : un format de fichier standard et open source , divers logiciels : de Blender à 3DSMax , des SDK Nvidia ( au moment de la rédaction en bêta ouvert ) , python , C++ comme langage de programmation . Le hardware serveur est simple : si vous faite tourner vos modèles TensorFlow / PyTorch / Keras , vous ferez fonctionner vos logiciels omniverses .

Et pendant ce temps-là en France ?
Pendant ce temps , dans notre beau pays : Libération tape à bras raccourcit sur Doctolib , les accusant d ‘ être les petits soldats de la Macronie ( les entreprises bien gérées passent l ‘ air du temps ) .

Nos médias , comme les politiques , ne voie pas arrivé ce qui semble être le vrai Internet 2.0 ou l ‘ IoT , comme la blockchain auront une place logique. Nvidia se réserve une place de choix dans le multivers , comme il a pris une place légitime dans l ‘ IA .

Si le multivers arrive à avoir des killers applications ( il n ‘ y a pas de raison , vu les kits de programmations ) , au-delà des simples upgrades des GAFA .. l ‘ omnivers est bien sur prévu pour le navigateur internet , c ‘ est un client normalisé et standard et on ne s ‘ amuse pas à réinventer la roue , merci bien .

Il va de soi que le multivers , telle qui part , ne va pas plaire aux médias français , ils sont déjà du mal avec l ‘ Internet 1 .0 et ont tout fais pour le freiner ( voir l ‘ acharnement a tabassé la moindre entreprise qui essaye de percer ) ; pour cité Xavier Niel «  il faut penser mondial , pas français «

Un ticket d ‘ entrée plus exigeants
En 1994 , n ‘ importe qui pouvait s ‘ improvisé webmaster : installé Linux sur un très gros PC , loué une ligne chez France Télécom , faire les démarches administratives pour avoir un DNS , apprendre HTML /PHP /SQL , installé Apache / MySQL et c ‘ était bon , mais acrobatique .

En 2021 non . En sus des HTML , SQL , Python , javascript et PHP , il faut avoir des connaissances pointues concernant la 3D et autre compétences multimédia , sans compter le réseau professionnel et amical . Une jeune fille , certes passionné , ne pourra pas monter son site multivers comme on montait son site à la fin des années 1990 .

J ‘ entend déjà les appels a manifesté d ‘ EELV et autre CGT , vive les luddites , tiens .

Dangerous – Michael Jackson

Le son d ‘ une époque

1991 , fut une très bonne année . Hormis la sortie de «  we can ‘ t dance «  de Génésis , ce fut aussi celle du «  JFK «  d ‘ Oliver Stone . Mais , aussi , dans une autre dimension , celui du «  dangerous «  de Michael Jackson , qui devait succéder à «  Bad «  , très lourde tache en vérité .
D ‘ initiateur à suiveur
Cet album , est pour moi représentatif du début des années 1990 . Jackson était à l ‘ époque , au-dessus de la mêlée ( ce qui ne sera plus du tout le cas avec HIStory ) , certes , «  black or white «  avec son morphing novateur , marque les esprits , comme sa collaboration avec David Fincher , sur le clip «  who is it «  , mon préféré .

L ‘ album sonne de façon homogène , mais «  dangerous «  commence malgré tout a marqué le pas , par rapport aux autres tendances musicales . Certes le mouvement techno était encore underground , mais le RAP , la version street du new jack swing explosait , comme l ‘ eurodance , le métal avait aussi des velléités de conquête .
Dangerous tour : un début de parodie
Les concerts de Michael Jackson avaient un parfum d ‘ exception et de mythe . Comme cela , ont peu être vite déçu . Autant « thriller «  et «  bad «  sont conçus pour la scène avec les limitations technologiques de l ‘ époque .

Le dangerous tour aurait-il dû voir le jour ? À froid , non . Là ou le «  bad tour «  sortait du rail du disque , le dangerous tour , comme son successeur l ‘ HIStory tour sont ennuyeux . Jackson n ‘ était pas si a l ‘ aise que cela sur scène , nous sommes loin , des années plus tard des shows de Pink Floyd ou de Peter Gabriel sur «  secret world tour «  . Dangerous tour , ne prend jamais le risque du risque .
Le déclin annoncé
Dangerous a été l ‘ un de mes disques préféré avec « HIStory «  , mais plus le temps passe , moins je les écoute , à vouloir trop en faire Michael Jackson a surproduit , là ou un «  thriller «  voire «  bad «  sont encore actuels . Bref «  blood and the dance floor «  n ‘est que la résultante du début de descente amorcé paradoxalement par Dangerous .