Be Inc , les trente ans d ‘ une révolution manquée

Jean-Louis Gassé trop en avance ?

L ‘ histoire de l ‘ informatique est injuste : tous le monde se souviendra de Mark Zuckerberg , alors que nous vivons sur l ‘ héritage technologique de Seymour Cray oublier de tous . Be était le fruit de Jean-Louis Gassée , ancien VP D ‘ Apple de l ‘ ère John Sculley , le Gengis Khan de Cupertino dont Tim Cook n ‘est que le mini moi .
Les années 1990 : l ‘ évolution permanente
Alors que les années 2000 – 2020 sont des décennies plutôt statiques au niveau innovation , mais permettent d ‘ avoir enfin la puissance pour utiliser l ‘ intelligence artificiel et d ‘ usé de la robotique de façon raisonnable , l ‘ informatique en tant que telle n ‘est plus attirante .

Certes la presse informatique est morte , le grand public ce partage entre smartphone , tablette et réseau sociaux , cette même foule, qui n ‘est pas culturellement attiré par vers le Raspberry Pi , donc de GNU/Linux , hors distributions exotiques n ‘ ayant aucune vocation productive , ce n ‘est pas de leur faute , ils ne sont pas éduqués et ne veulent pas l ‘ être .

D ‘ un point de vue purement technologique , les années 1990 était une décennie folle et cela a tué les entreprises qui ne pouvaient pas suivre , je ne ferais pas les nécrologies d ‘ Atari et de Commodore , des youtubeurs comme GUNHED TV sont au fait de la chose . Microsoft et Intel ont assassiné l ‘ informatique personnel «  à pas cher «  . sans insulté personne : les Atari ST/E et les Commodores Amiga 1000 /500 / 600 n ‘ étaient que des consoles de jeux à claviers , le vrai travail s ‘ effectuait sur les stations Sun Microsystems et Silicon Graphics , simplement parce qu’elles fonctionnaient sous UNIX .
Be Inc : Be Box , Be Os
Be était présenté comme le successeur spirituel du Commodore Amiga : un ordinateur propriétaire : la BeBox avec une architecture matérielle élégante , basé sur du PowerPC , un système multitâche , multithradé , mais non compatible POSIX . Mais l ‘ âge du système propriétaire était passé avec le laminoir Microsoft et ces outils de programmations standards .

Be abandonna donc sa plateforme pour passé sur le matériel Intel et demeura payant , mais à ce moment Linux était apparu , gratuit , à construire , mais des possibilités immenses .Be étaient une cathédrale là ou GNU/Linux était l ‘ archétype du bazar , pourtant c ‘ était le même public , le système de Jean-Louis Gassé qui était en avance du point de vue multimédia , se fera rattraper par Linux début 2000 et la génération deux du noyau . Be avait perdu sa pertinence .
What if …
Que se serait-il passé si Be avait été un système ouvert , avec GCC et les formats qui vont avec ? Linux n ‘ aurait peut pas eut autant de succès , mais Be OS aurait été dépassé du fait que l ‘ informatique personnelle commençait à migrer sur les serveurs …

Dune – John Harrison

Aussi étonnant , que cela puisse paraître , Dune n ‘est objectivement pas si complexe a adapté que cela . Pour simplifier la saga , ce n ‘est «  que «  «  les rois maudits «  dans l ‘espace . Je ne reviendrais pas de l ‘ échec patenté de la version de 1984 de David Lynch , qui s ‘est inspiré plus que de raison du machin qu ‘ a voulu commettre Jodorowski . La mouture de Villeneuve semble bien plus respectueuse de la lettre de Frank Herbert .
Autant une question de moyens que de compréhension
La saga Dune , n ‘est pas du space opéra , Herbert , n ‘est pas le médiocre Georges Lucas et ces séides . Pour autant , mème si le premier tome ne nous fais pas voyager tant que cela . Nous sommes dans le voyage immobile .

Dune est comme la planète des Fremen : ascétique . Le principal problème de la version Harrison est qu ‘ il cite plus les bêtises de la variante Lynch que le roman , utilisant , encore une fois les navigateurs de la CHOM , qui ne sont que cité dans le premier tome et réellement montré dans la suite . La scène de la boite , qui est in extenso , est à la mauvaise place , si dans le récit , elle est à Caladan , c ‘est pour une raison logique , pas pour se retrouver en transit entre le monde d ‘ origine de Paul et Arrakis .

Le loupé , j ‘ aurait tendance habituelle de cette adaptation est de faire sauter , le plan , dans le plan , dans le plan , je renvoie au roman . Ce qui est triste , hormis le design des costumes , c ‘est le peu de SFX numériques et la pauvreté des décors , ce qui est paradoxal par rapport a l ‘ ascétisme de l’histoire .

Le manque de moyens flagrant est compensé par la durée , autant la première partie est plus ou moins un copié – collé du machin de David Lynch , la suite est une version légère du roman , cela se comprend aussi , comme là , sous intrigue de Feyd et des esclaves combattants .

L ‘ esprit du roman est là et c ‘est le but . Je ne recommanderais en aucun cas cette version pour découvrir la saga de Frank Herbert , lisez les romans , mais pour faire le jeu des sept erreurs , c ‘est un bon matériel .

Vilebrequin : les enfants spirituels du JDG ?

Comment ai-je découvert cette jeune chaîne Youtube ? Via son antinomie : ORLM et ces tests TESLA . Les algorithmes de la plateforme multimédia de Google , mon orienté vers ces jeunes gens. Quoique l ‘ on puisse penser , je suis un gamin de l ‘ émission «  turbo «  de M6  , quand celle-ci n ‘ était pas encore devenu un robinet à TV réalité et autre multidiffusions pathétique et cheap .
Loin des canons du genre , comme le fut le JDG à ces débuts
Le JDG , il y a dix ans à sans le savoir , révolutionné à la fois le test de ce que l ‘ on a commencé à appelé le «  retro gaming «  à la fois dans l ‘ écriture et la mise en scène . Ces méthodes , on infusait dans tout l ‘ univers Youtube , sauf la contemporaine qu ‘ est « On refait le mac «  et ces cousines .

Vilebrequin n ‘ a s ‘ y on peut dire que ramassé les outils laissés par l ‘ enfant de jurons et s ‘ en servir . Le duo de vilebrequin est talentueux . Certes en tant que vieux geek , je trouve consternant qu ‘ a leur âge , ils sont «  peu «  de connaissance informatique , alors que leur génération est la première a n pas ce posé de question sur Internet , mais ce sont des détails accessoires .

Là ou le JDG a mis très longtemps pour atteindre sa forme actuelle , on va dire l ‘ épisode «  RPG 3 «  , Vilebrequin l’atteint très rapidement , là je renvoie à la vidéo «  911 speedster «  , chef d ‘ œuvre du genre .
Le 1000tipla ou comment mettre le feu au youtube game
Pour les fans , nombreux de vilebrequin , le multipla est une blague . Mais après tout , quel beau défi de transformer ce truc , qui aurait dû être détruit , pour en faire une équivalence , pas d ‘ une Bugatti Veyron , mais de la légendaire Renault Espace F1 .

Oui , c ‘est un projet fou , aussi bien pour la performance , elle-même en contradiction avec l ‘ hygiénisme et le rigorisme hors sol que veule imposé les écologistes dit «  politique «  . Bref le 1000tipla , n ‘est pas du tout dans la ligne de «  pensée «  de ceux qui se veulent défenseurs de la nature , mais son infoutu d ‘ utilisé une Linux Ubuntu .

Vilebrequin , de part son ton , sa ligne éditoriale , qui mélange histoire de l ‘ automobile et essais , redonne un peu de magie à l ‘ univers de la voiture .

25 ans de Microsoft Windows 95 , 29 ans de Linux

Ou comment un fork vengea la Silicon Valley

2020 , année étrange ,permet au geek de fêter un double anniversaire . À l ‘ heure ou Apple est atteint du syndrome Microsoft , il y a vingt-cinq années , la firme de Bill Gates , lança Windows 95 .
Microsoft Windows 95 : Le tueur de MacOs
Apple , au milieu des années 1990 , n ‘ était plus la boite d ‘ origine de Wozniak et Jobs . Elle avait lâché malgré elle le grand public , s ‘ était orienté vers la PAO , se permettait d ‘ être incompatible avec tout le monde et le haut de gamme Apple était considéré comme l ‘ entré de gamme Silicon Graphics .

Microsoft , n ‘ avait pas de telle exigence . Simplement parce qu’elle ne fournissait , à l ‘ époque que l operating system , des langages , des outils bureautiques . Le titan de Redmond était discret , mais efficace . Ce qui lui permit de sortir Windows 95 .

Le projet Chicago alias Windows 4.0 offrait au monde PC , ce qui était alors les technologies Apple : plug n ‘ play , icônes multicolores , technologies objets / OLE , programmation trente-deux bits et établissement de normes pour tirer au mieux de Windows 95 . Le tout pour des tarifs ou un PC ayant l ‘ ergonomie du MacOs de l ‘ époque était bien moins cher qu ‘ un Apple Macintosh .

Apple était déjà mal en point , elle devint moribonde .
Linux : du fork de MINIX à l ‘ OS de base de l ‘ IA , des GAFA , d ‘ Internet
Linux est à la base un projet étudiant . Linus Torvald , finlandais , étudiant en école d ‘ informatique ne voulait pas s ‘ acheté une licence UNIX , très cher . Il a alors l ‘ idée de reprendre le principe de MINIX , qui était aussi un UNIX payant et limité car réservé à l ‘ éducation .

Linux est donc un fork et tout sauf grand public , puisqu’il s ‘ agit d ‘ un noyau et d ‘ un semblant de terminal . Linus Torvald , l ‘ annonça via le BBS du temps d ‘ alors , l ‘ autre bonne idée de Torvald fut de mettre son invention sous Général Public Licence , car utilisant les outils GNU crée par Richard Stallman , il estima normal que la GPL soit appliquée .

Dès lors Linux , évolua et gagna en utilisateurs et passa d ‘ étudiants en informatique à alternative crédible à Windows 95 et ces successeurs en peu d ‘ années . Linux , tout comme l ‘ entreprise reine de Redmond à tout autant de cadavres dans le placard . Le simple noyau , qui devint un OS à part entière , trouva une place naturelle au sein des serveurs et brûla de façon irrémédiable le territoire réservé aux HP , DEC ( qui mourra à cette période ) , Sun Microsystems , qui avaient du mal a justifié leurs tarifs vis-à-vis à des expérimentations comme Béowulf , qui créa les grappes de calculs avec des PC du commerce .

Linux permis aussi un écosystème de se créer : Apache , un projet libre de serveur internet , concurrent direct du logiciel de Microsoft , MySQL , PostgreSQL des tueurs des SGBD d ‘ Oracle , Microsoft , IBM pour rien ou presque . GIMP , rival du Photoshop d ‘ Adobe etc .

Au milieu des années 1990 , le linuxien était au mieux , un original , voir d ‘ extrême gauche , trente ans après , un geek , normal , pointu , travaillant dans une start up . En France , Linux n ‘ a toujours pas conquis , pour des raisons culturelles et surtout de paresses intellectuel les TPE et PME .

Pourquoi Linux a fini par venger les anciens rois de la Silicon Valley ? Parce que Microsoft use la GNU/ Linux Débian , la finance même , voir l ‘ intègre au sein de Windows 10 , Linux est partout désormais , aussi bien dans les box internet , que dans les voitures , l ‘ aéronautique ( Tesla , SpaceX ) , sert de base aux clouds privé et public via Open Stack ( OVH entre autres ) , est le terreau aux multiples projets et autre applications d ‘ intelligence artificielle .

Linux n ‘ a jamais été grand public et n ‘ a jamais cherché à l ‘ être malgré GNOME ou KDE , il à simplement tué les UNIX propriétaire et pris leurs places , tout en normant , ce que les Silicon Graphics , Sun Microsystems et autre DEC ce sont toujours refusé à faire pour des raisons bassement concurrentielles .