Split : M.Night.Shyamalan

Film indépendant à twist à suite

Je ne suis pas un fan de M.Night.Shyamalan , bien que je trouve son œuvre intéressante , il à usé jusqu ‘ à l « ‘ âme le principe du twist , ce qui fait que son cinéma reposait sur un principe de plus en plus éventé , mais sa plus grande faute , du point de vue d ‘ Hollywood est d ‘ avoir étez en avance de deux cycles et Hollywood lui à fait payé .
Pas de budget , quatre décors et l ‘ immense James MCAvoy
A froid , Split à autant de budget qu ‘ un téléfilm standard de M6 , tout repose sur les acteurs . M.Night.Shyamalan à vraiment , vraiment fait une réalisation minimaliste , cela repose souvent sur une performance face caméra , ce qui rend le propos du film terrifiant , car il n ‘ y a pas d’ effet spécial .

Ce film est voulu et est oppressant . James MCAvoy , démontre une bonne fois , qu ‘ il est capable de faire autre chose que le Professeur Xavier . MCAvoy est fascinant et terrifiant , mais toujours dans le ton . Je ne comprend pas qu ‘ il n ‘ est pas eut d ‘ oscar en sus le caractère fantastique du film ne ce montre que vers la dernière demi heure …
Le twist qui raccroche les wagons …
Split nous fait assisté à la naissance de la Bête , pseudo Hulk , qui tire sa force des gens brisé . La dernière scène nous met en pleine lumière un certain David Dunn , vu auparavant dans incassable , film de 2000 , qui est une critique sur le super héroïsme , mais celle ci portait que sur le support comics book , elle devient aiguë au bout de onze années de joug Marvel au cinéma .

Incassable est un superbe exercice de style , minimaliste présentant la notion de super pouvoirs , la némésis … bref les règles qui régisse le MCU , le DCUM … une équivalence douce de watchmen . Le contraste Kevin Wendell Crumb / David Dunn est fascinant .

M.Night.Shyamalan fait l ‘ inverse du spectaculaire , il introduit le minimalisme «  à la française «  ou par extension européen , dans ce qui est la machine à broyé californienne . La futur troisième partie , appelé «  Glass » conclura cette non trilogie , car elle ne tient que par des détails infimes , mais solide . C ‘est une force d ‘ écriture , inverse d ‘ un guardians of the galaxy 2 , d ‘ un civil war , d ‘ un thor : ragnarok …

M.Night.Shyamalan est ‘ il en train de devenir le Sergio Leone du super héroïsme ? annonçant la dégradation et la disparition à terme du film du super héros , il à en tous cas une vision cohérente , ce qui manque à DC et Marvel .

Publicités