2018 , les conférences de la honte

Si il y a un des lègues , indésirables que nous laissé Steve Jobs , dont la seul bonne idée aura d ‘ avoir crée NeXT , est d ‘ avoir mis en vedette ces produits lors des conférences développeurs . Exercice de style exemplaire trouvable plus ou moins facilement sur Youtube , les plus récente commenté par monsieur Olivier Figara sur la chaîne ORLM .
Du thermomètre Apple
Apple , bien qu ‘ étant désormais hors du monde des haute technologies . Donne encore la température , pour le grand public . La WWDC était encore un exemple nerdien par excellence à l ‘ époque de Steve Jobs . Mais il est vrai , lui savait comment fonctionnais un ordinateur et à mis à disposition du grand public les travaux du Xerox PARC .

Alors certes , Apple va peux à peux intégré les bibliothèques d ‘ iOs à partir de Mac Os Mojave , pour une fusion à terme ( Mac Os et iOs descendent tous les deux de NeXTstep , l ‘ UNIX de NeXT ) , le reste est consternante pour le geek . Comment ne pas parlé du dark mode , déjà en service sous la version 3.22.xx de GNOME , sans aucune publicité .

Mème chose pour le mode talkie-walkie de WatchOs , fork d ‘ iOs , mais bon , depuis que Sony est rentré dans le marché du jeu vidéo , le ridicule ne tue plus .
L ‘ E3 2018 : entre redite et célébration du vendeur de chaussures
Autant l ‘ E3 2017 était une année intéressante avec les lancements du Nvidia shield rebrandé , pardon de la Nintendo Switch et de la Xbox overclocké . 2018 est l ‘ année post loot box . Un business model , qu ‘ à voulut imposé l ‘ industrie vidéoludique , pour son seul bénéfice .

2018 est une année post gueule de bois . La ou les conférences Microsoft et Sony étaient bling bling , nous avons eut droit à des réunions jansénistes . Parlons des jeux : les trois quart présentés étaient ceux de l ‘ année dernière . Ce qui est logique , puisque il faut trois à quatre ans pour faire un divertissement vidéoludique .

Le jeu vidéo semble allez vers le game as service , pour simplifié , le jeu online évoluant après l ‘ achat . 2018 à mis la pédale douce sur les technico commerciaux et cela n ‘ est pas un mal .

L ‘ E3 2018 annonçais l ‘ apogée de la génération actuel de console avec la maîtrise des bibliothèques , ces technologies étant matures , elles ne rapportent donc plus rien , donc il faut passé à la génération suivante …
PS5 , XBOX next, streaming : l ‘ usine à bobards
L ‘ industrie vidéoludique , n ‘ innove plus . L ‘ industrie vidéoludique s ‘ auto plagie . L ‘ industrie vidéoludique est mur pour une crise .

Quelles vont être la plus valus des PS5 et XBOX next ? La puissance ? Ces bécanes grand publics en ont tellement quelles ne sont mème plus optimisé . Il aura fallut UN an pour que PUBG commence son debogage , une année après le début de sa commercialisation . On me répondra : 4K , 60 fps et VR …

Le 4K est disponible pour le gamer depuis les séries 5xx/6xx de Nvidia , le 60 fps est une optimisation , c ‘est à dire faire beaucoup avec peu de ressources . La VR , c ‘ était un rêve en 1991 et lorsque que le grand public , qui n ‘ à jamais ouvert EMACS et ce fichait de la VR avant et continuera tant qu ‘ il n ‘ y aura pas de killer app et comme cela est un marché de niche , pas de killer app .

L ‘ industrie vidéoludique , qui n ‘ a décidément pas confiance envers sa clientèle , va le poussé sur le «  netfix du jeu vidéo «  , je cite Julien Chièze . Oui mais non , primo la neutralité du net , n ‘ existe plus au pays de Donald Trump , donc rien ne va empêche les FAI de proposé des forfaits spéciaux jeux pour faire baissé le ping .

Le dimensionnement des serveurs : EA , Steam , Activision – Blizzard peuvent louer des fermes de serveurs , mais ces machines , ont des ressources limités et il y a une différence entre téléchargé un fichier chiffré et d ‘ interagir en temps réel … sachant qu ‘ il y a un à deux millions de clients en simultané .

Le réseau enfin : Qui dit abonnement , dit clients chiffré , dit malgré tout qu ‘ un paquet IP de jeu ce promène entre Melun et Sunnydale .. en même temps qu ‘ une session Twitter , la consultation de sa page de webmail , sa page Facebook , un replay de TPMP . Internet , à cause des FAI , ne va pas pouvoir géré ça très longtemps et comme ceux ci ne veulent plus investir dans le matériel …

Par descence , je ne parlerais pas des ressources écologique nécessaire pour faire tourné à distance un last of us 124 …

Il serait peux être temps d ‘ arrêté de rêver des jeux en 4K HDR avec dix heures de vie et un replay value nul .

L ‘ exception scénaristique française

Le bonheur est dans le pré et un long dimanche de fiançailles

Quand j ‘ écrivais sur le blog GeekBill , je tapais , très souvent sur le CNC , organisme à la charge du financement des films et par extension de média numérique . Comme dernièrement la chaîne youtube de référence : thinkerview . Mais le financement du CNC est plus habituellement et c ‘est notre Golgotha culturel : les films de Christian Clavier et de Kev Adams , diffusé très rapidement sur ce qui reste de la TV française , je vais spoilé ; pas grand-chose .
La force du cinéma français : le scenario
Le cinéma français d ‘ auteur est devenu une blague en sois , même les critiques cinéma de France Inter , qui sont tout sauf des comiques de stand up , en plaisante . Même le festival de Cannes , parangon d ‘ auteurisme .

A l ‘ époque , ou le glorieux magazine joystick existait , j ‘ avais sciemment évité «  le bonheur est dans le pré «  , que l ‘ on pouvait très rapidement qualifié de comédie régionaliste . Ce film , fait son époque , si l ‘ on à pas connus les années 1990 , mais … le scenario , comme ces interprètes sont juste .

Pour moi , la révélation est Eddy Mitchell , qui est un vrai acteur , il est dans le ton tous le long , ne fait pas des tartines et des tartines de pathos , le sujet pourrait y prêter ( drame social , sujet sur le couple , polygamie etc ) , mais il est maintenu sur la ligne de la comédie , mais sur la ligne clair de celle ci .

Huit ans après sort sur les écrans «  un long dimanche de fiançailles «  . lui par contre en 2003  , je l ‘ avais souverainement détesté : un sous « Amélie Poulain » , sous «  sentier de la gloire «  , les tocs de Jeunet , pour avoir le catalogue complet , je renvois à Alien résurrection ( que vingt ans après , je n ‘est toujours digéré ).

Un long dimanche de fiançailles est une merveille d ‘ adaptation , il arrive à rendre touchant Marion Cotillard , bien avant sa mort «  à la française «  dans «  the dark knight rise «  . C ‘ est aussi l ‘ un des plus beau rôle d ‘ Albert Dupontel , metteur en acteurs pas suffisamment mis en valeur , je renvois à sa comédie slapsitck «  neuf mois ferme «  .

 

married …with children

L ‘ Amérique de Trump , trente et un an en avance

Depuis l ‘ élection de Donald Trump , les média officiels s ‘ étonnent encore et toujours de ce choix . Alors que le monde avais étez prévenu que les sois disant «  white trash «  américain , avec leur équivalent melunais en France avec la sitcom , ce voulant parodique : married …with children .
Sous couvert de fiction …
Married … with children voulais , ce moquer des blancs pauvres américain . Hors ces épisodes , écrits de manière acide , passe assez mal à l ‘ heure ou le politiquement correct s ‘ abat dans chaque foyer . Certes la série est actuellement rediffusé , mais hors contexte historique … ce qui fait que la sitcom est incompréhensible pour Kevin qui passe son temps sous FORTNITE .

D ‘ un strict point de vu créatif , les années 1990 ont étez la décennie sitcom . Nous avions commencé par married …with children antithèse de Cosby show ou who ‘s the boss , reaganien à mort . Pour terminé par friends .

La famille Bundy semblait extravagante à l ‘ époque . Sauf que depuis , c ‘est leur avatar qui à pris le pouvoir à la maison blanche , ni plus , ni moins .

Le no mam ‘s , la misandrie de Marcy , l ‘ ultra puritanisme , certes écrit à la bombe de peinture , mais annonçant l ‘ affaire Weinstein et ces suites . Les Bundy , bien que créatures de fiction révèlent le vrai fond des USA .

Nous , les français , nous en valons pas mieux . Simplement parce que l ‘ éducation , l ‘ environnement social est dissous dans le coca cola le plus rance . Vous vous moquez de Kelly Bundy ? Mais elle ce promène désormais dans les petites ruelles de France et le gamer ‘ s gate est le gamin du no mam ‘ s et de big uns , 4chan n ‘ a rien crée .

Hommage à Murray Gold

L ‘ oublié de la décennie du Doctor Who contemporain

La saison onze de Doctor Who ; clos un cycle . Déjà la fin du travail de Steven Moffat , qui à redémarré la série , tout en l ‘ internationalisant et la fin du travail de monsieur Murray Gold , proprement ejecté et de façon particulièrement injuste pour cette homme de l ‘ ombre .
L ‘ homme des grands sentiments , de l ‘ épique , de l ‘ intime
Si Doctor Who à tellement marqué cette decennie , c ‘est aussi du à Murray Gold . C ‘est lui qui nous à versé une larmichette pour Madame de Pompadour , pleuré à chaude larmes le couple Pond , applaudi la vengeance du Doctor sur Gallifrey , nous à fais peur avec des statues .

La musique de ce compositeur à accompagné les différentes incarnations , marquante et et moins marquante du Doctor . Je suis un fan absolu de la période , que l ‘ on peu qualifié d or qu est la section Tennant – Smith , la période Capaldi étant au choix , de charbon ou de bois peint .

Le travail de Gold à bien sur accompagné l ‘ évolution de la série avec son budget . D ‘ ailleurs , par preuve que le travail du compositeur est la dernière roue de la charrette : les saisons une et deux sont sur le même CD et la compilation qui conclut le travail , retrace les saisons neuf et dix .

Ce qui me dégoûte dans cette histoire est que lorsque la conclusion de Battlestar Galactica 2003 est arrivé , tous le monde à reconnu le travail de Bear McCreary , et about de dix ans , personne ne reconnais ou presque celui de Murray Gold . On me dira aussi que la BBC , ne fait pas son travail de média en ne promouvant pas du tout le travail de Gold , ne serais ce que ces concerts pour le dernier seigneur du temps , trouvable sur Youtube …