Consoles war – Blake J. Harris

Le pendant historique hardcore de microserfs

J ‘ ai entendu parler de consoles war , via son éditeur français : pix n ‘ love . L ‘ ouvrage est sortie avec une année de retard , battant en cela le foutage de gueule de la sortie sur la néo – geo . Le combat Nintendo contre Séga à un parfum de mythe pour ma génération . Qui n ‘est pas celle pourri gâté – lobotomisé de la génération playstation .
Pragmatiquement : avant tout une guerre commercial
La génération Joystick / Joypad période Hachette à étez marqué par la rivalité entre les deux constructeurs japonais . Mais à l ‘ époque , le lecteur et sans doute les journalistes de la période ignoraient le pourquoi du comment … comme Electronic Arts qui eut le privilège exorbitant de faire ces propres cartouches en sus de mise en vente de plus d ‘ une dizaine de jeux par ans … a cause de la rétro – ingénierie et du précédent Tengen …

Blake J. Harris remet Nintendo et Sega à leurs place … le fan de Sonic poussera des hurlements quand il lira la genèse du hérisson bleu . Mais il montre surtout comment Nintendo à réussit à mythifier tous le monde avec le coté «  Disney du jeu vidéo «  .

Consoles war casse définitivement la mystique du combat Sega Vs Nintendo , c ‘est de la vapeur , ce n ‘est rien du tout , tout le monde crie à raison sur l ‘ affaire des loot box d ‘ EA , mais techniquement le Nintendo des années 1990 , ne valais pas mieux .
La montée en puissance de la pseudo épopée de Silicon Graphics Inc
Silicon Graphics aurais pu être l ‘ Apple actuel , si la société avait transformé l ‘ essai avec l ‘ Ultra 64 . qui elle est devenu aussi mythique que l ‘ AES de SNK . Silicon Graphics , n ‘ est devenu m mythe … en carton . SGI , je le répète est morte par sa faute . Elle n ‘ a pas prévu les monté en puissance des CPU Intel et de GNU / Linux , c ‘est ce qui explique aussi l ‘ échec du Mac Pro , mais bon d ‘ un autre coté , ce n ‘est plus l ‘ Apple de Steve Jobs .

La mystique autour de l ‘ Ultra 64 arrange tous le monde : les joueurs , les éditeurs , les journalistes et Nintendo . L ‘ Ultra 64 était une SGI mal foutu , cheap , dans tous les sens du terme .
Sony , la gagnant du duel et pas par defaut
Kutaragi , le concepteur des deux premières Playstation avais senti la monté du jeu vidéo comme loisir de masse . Le problème n ‘ a jamais étez l ‘ ingénierie , mais les actionnaires conservateurs de l ‘ époque de Sony .

Sony à gagner car il à eut le bon sens de sauter le pas des consoles 16 bits , tous en retenant les leçons du Sega de l ‘ époque . Etre cool en s ‘ adressant aux jeunes adultes avec un produit technologiquement avancé et surtout ne pas visé les familles et les jeunes enfants cible et chasse gardé de Nintendo .

Il faut le lire en mème temps que Microserfs .

Publicités