Ladyhawke – Richard Donner

L ‘ antithèse de Conan le barbare de John Millius

Au moment ou vous lirez ces lignes , j ‘ aurais terminer un cycle de visionnage de films américain datant des années 1980 . Comme n ‘ importe quelle geek de base , j ‘ adore l ‘ héroic fantasy . Pareil , au moment ou vous liez ceci , je serais en plein cycle du disque monde …
Des noms français , un environnement italien …
Ladyhawke est un film poli . Dans tous les sens du terme . Nous ne sommes pas dans la sauvagerie brut du film de Millius ou celle plus viscéral de GRR Martin et Games of Throne . Ladyhawke peu être vu comme un long clip d ‘ Alan Parsons Project .

Le scenario est plus prétexte qu ‘ autre chose . Quand , j ‘ ai entendu les noms de Navarre ou d ‘ Anjou , je me suis demandé si le responsable de ce machin : Edward Khamara savait ce que représentait historiquement ces patronymes .

Même chose , il n ‘ y a pas de carton introductif ou de voix off , nous sommes projeté in média res .. En subissant des approximations médiévaux , d ‘ ailleurs à coté GoT ou de Skyrim qui sont à la limite de l ‘ encyclopédique à coté .

Le film date de 1985 , Conan date de 1982 … le producteur n ‘ a retenu du film de Millius que les paysages et la musique bruyante .
Des limites du rock progressif et du clip
Comme dit plus haut , je suis un vieux fan du groupe Alan Parsons Project . Mais APP n ‘ était pas taillé pour faire une OST , c ‘est comme demandé à feue Johnny Halliday de pondre un score variéto – symphonique pouet pouet . Certes , les morceaux longs d ‘ APP , sont cinégénique , épique , je renvois à suite «  the turn of the friendly card «  . Mais le style d ‘ Alan Parsons Project est même insupportable pour moi .

L ‘ autre grand soucis est la mise en scène , ce film est un long , très long clip du fait de son esthétisme fumigène et lumière de dos . Autant sa marche trois minutes pour du Queen , mais pour un long métrage … alors oui il y a eut le miraculeux , dans tous les sens du terme «  higtlander «  , mais c ‘est l ‘ exception …
En 2000 , il n ‘ y eut donc pas de résurrection de l ‘ héroïc fantasy
Durant les années 1980 – 1990 , l ‘ héroïc fantasy était malgré tout présente sur les écrans , je ne citerais pas que Willow , il y eut Legend et Princess Bride . le tournant du genre fut le film démo – Silicon Graphics – Alias | Wavefront – ILM nommé «  Dragon heart «  dont le dragon en question est un dérivé du T REX de Jurrasik Park par soucis d ‘ économie …

Le lord of the ring ne débarqua pas dans une équivalence de désert créatif , mais sur une friche miraculeuse .

 

Publicités