Person of interest – Jonathan Nolan

Série sous estimé , mal diffusé , incomprise pour le public de TF1

Person of interest est une série brillante , mais tout aussi incomprise par le public français que «  Mr Robot «  . Pourtant la série de Jonathan Nolan est à la fois une héritière et une innovatrice .
Un mélange bizarre entre Batman , the ghost in the shell , Alias , the xfiles et the wire
Comme toute séries grand public , la première saison est pénible , elle définit les personnages , leurs background , l ‘ univers et ces limites . C ‘est très souvent écris à la truelle , mais c ‘est un passage obligatoire .

Cette série est un précipité . Elle repose certes sur des archétypes , mais le sujet principal , depuis Snowden est devenu réalité . Les séries grand publics , j ‘ en regarde de moins en moins , du fait de leurs longueurs et du peu de débat quelle crée . Les showrunners responsables de ces choses , dilue trop . Je préfère de plus en plus le modèle HBO ou le sujet est traité sans fioriture , ou l ‘ on ne prend pas trop le spectateur pour un idiot .

Person of interest repose sur une équipe de personnages fort . Entre John Reese ( Jim Caviezel ferais un excellent Bruce Wayne / Batman ) ; Finch , le créateur de la machine , Carter , Root , Shaw et Fusco , qui feraient couleurs local à Gotham , à l ‘ époque ou je lisais du DC Comics . Root elle est remarquable . Et puis il faut parlé de la Némésis de Finch et Reese : Elias , joué par le sous estimé Enrico Colantoni , qui nous fait un excellent mélange entre le pingouin et le Joker , mais joué sobrement .

L ‘ autre chose qui surprend est que Person of interest est quelle fait scenaristiquement suite à «  the wire «  . Nolan à justement recruté une partie de la troupe de «  sur écoute «  . Mais la ou la série d ‘ origine s ‘ intéressait à l ‘ environnement sociologique et culturel des dealers . Person of interest ne prend en compte et cela est voulu que le coté guerre des territoires .
La revanche de Fred
Amy Acker tient une place particulière dans la cosmogonie geek . Du fait de la série Angel et de son épisode final émouvant . Qui n ‘ as pas la petite larme qui apparaît à la mort de Wesley et la vengeance immédiate qui suis .

Amy Acker est charismatique , elle à avec son talent , pris la place de Sarah Michel Gellar , mais soin rôle dans «  person of interest «  est tout sauf caricatural . Root est considéré , à la fin de la saison deux , comme l ‘ interface analogique de «  la machine «  .
Prélude à Mr Robot et de ghost in the shell
Person of interest est une série proprement horrible pour une série grand public . Le sous texte est réaliste . C ‘ était certes de la «  science fiction «  à la fin de celle ci , mais plus maintenant . Jonathan Nolan à tout à fais compris l ‘ enjeu de la prochaine décennie .

Person of interest est aussi le nom d ‘ un exploit en sois : le reboot en cours de série . A partir de l ‘ épisode «  deus ex machina «  , les paradigmes changent de tout en tout . Nous nous retrouvons sur le champ de bataille entre deux intelligence artificielles .

Cela remet en cause l ‘ existence mème de la série «  mr robot «  , qui d ‘ un simple point de vu technique est passé d ‘ une série nerd à une série psychologisante et perd de sa pertinence .

Mais «  la machine «  et «  le samaritain «  sont des prototypes du «  projet 2501 «  , surtout « le samaritain «  . Je rappelle pour les deux du fond , que le «  projet 2501 «  de « ghost in the shell «  est avant tout un outil d ‘ espionnage industriel , pour plus de détails , je revois au manga de Shirow .

Person of interest est une série à voir pour la qualité de ces scenarii , elle aurait pu etre une série HBO à partir de la saison trois , ou entre autre la violence graphique et psychologique . Il serais dommage de passer à coté .

Publicités