State of play – David Yates

Pendant ce temps l’à France Télévision

Ce qu ‘ il y a de bien avec «  Doctor who « ; c ‘est qu ‘ au début de la diffusion à l ‘ internationale , le français moyen ne voyais quasiment pas de production de la BBC , ou alors des séries bouche-trou à pas cher sur M6 . Mais la BBC a les moyens de ces ambitions . Certes «  state of play «  à quelque peu vieilli technologiquement ( je me suis plus cru au milieu des années 1990 que début 2000 ) , mais le scenario ainsi  qu’acteurs sont irréprochables .
De chateauvallon ( 1985 ) à state of play (2003) ou comment parler politique
Donc avant de me revoir «  state of play «  , j ‘ ai essayé de me revoir «  chateauvallon «  via youtube . J ‘ ai parlé de cette série sur «  geekbill «  ou je me disais que du fait que cette série de vingt-six épisodes étant oublié des millénials ( jeunes , drogués, illettré, licencieux , nombrilistes nourri intellectuellement par les chaînes privés ) , que France Télévision pouvait envisager un remake de la série de 1985 . Mais un remake sur quoi ? J ‘ ai tenu cinq épisodes , sur vingt-six . Il n ‘ y a rien a sauvé , l ‘ intrigue est bien trop marqué par son époque ( la France de Mitterrand avant la première cohabitation ) avec son affairisme de son époque , un journal provincial reprise par la fille du propriétaire , gaulliste de la première heure , mais Florence ne semble pas très porté sur la plaidoirie et cumule les points cruche en étant une ancienne maîtresse d ‘ un petit ministre ( Florence Berg était vendue , comme un JR en jupon ) antithèse du féminisme de combat post mee too , même the XFiles ou E.R sont plus porté sur les femmes fortes que la France de 1985 , il y a même des remarques , avec une série rediffusée telle quelle provoquerais une avalanche de pétitions sur change.org

Il y a certes moyen de remettre d ‘ aplomb mais à la mode Ron D. Moore sur Battlestar Galactica : tu reprends les noms et tu changes de contexte .

Dix-huit ans plus tard , en Albion , l ‘ histoire de Paul Abbot est ramassé sur six heures . Cela parle de coucheries , d ‘ assassinats , de lobbying , la mise en scène est impeccable , malgré les moyens de France 3 Bourgogne

Il n ‘ y a pas de dépenses excessives , c ‘est plutôt le contraire nous sommes à limite du contrôle excessif sur ce plan et puis «  state of play «  permet de voir les jeunes années de John Simm , James MacAvoy , Kelly Mac Donald ou Benedict Wong . Pas de surjeux , de lamentations , mais des rôles de façon naturel .

Encore une fois France Télévision , n ‘ a ni vision ( le fait d’ être parti de Netfix pour un projet franco – français sublime le ridicule ) , ni couilles . FT ce complaît dans un germanopradisme dépassé de vingt ans . France Télévision ne veux pas comprendre comment fonctionne la BBC , ramené du publique via des émissions racoleuse , mais tu produits et diffuses des séries de haute qualités et de préférence culte , même si la saison onze de Doctor Who semble tout sauf de la qualité de la période Tennant – Smith .

Publicités