Saving Mr Banks – John Lee Hancock

Dans le genre dark , Disney ce pose la …

Objectivement , Disney et la pop culture , cela est un désastre sans nom . Une catastrophe tous les six mois . Disney à consciencieusement abîmé à la fois Marvel et Lucasfilm en rendant ces deux univers mièvre et stérilisé de toute idées subversives , voir de toute idées tout court .

Mais quand la firme de Mickey se penche sur son histoire , elle le fait sans fard et y met une violence psychologique cru .
De la genèse de Mary Poppins
Je ne suis pas du tout un Disney fan , j ‘ en est vu une bonne vingtaine en tout et pour tout . Mary Poppins est l ‘ un des rares mythes légitime crée par la boite de Walt Disney , comme l ‘ est Tron ( les deux films ont étez des échecs commerciaux , car incompris à l ‘ époque , mais sauvera Disney lors du jugement derniers ) et les deux Fantasia , la aussi , films expérimentaux et résumé à Mickey en sorcier junior à peine digne de faire la vaisselle à l ‘ Académie de Fordhiver et dansant sur du Paul Dukas .

Le film d ‘ Hancock , ne fait pas dans la fioriture . Il est brutal , il y a même une tentative de suicide , dans un Disney ! Un film à vocation grand public et cela à étez validé , aussi bien lors du comité de lecture , que lors du montage , en France , cela n ‘ aurait pas dépassé le second draft . Les comédiens sont juste . Aussi bien Emma Thompson que bien sur Tom Hanks et le sous utilisé Colin Farrel .

Saving Mr Banks , n ‘est pas hidden figures , qui ce déroule historiquement au même moment , mais la ou hidden figures nous montre les gentilles calculatrices humaines , noires ce battant courageusement contre l ‘ horrible IBM 7090 et son arme fatale : FORTRAN , c ‘est à limite des champs de cotons , du fouet et du KKK .
L ‘ académisme sert
Saving Mr Banks est de l ‘ académisme à Oscar de bout en bout , n ‘espéré pas de plan de folie ou une mise en scène «  révolutionnaire «  . Mais ce formalisme sert son propos , John Lee Hancock traite parfaitement son sujet , les apprenties cinéastes ce doivent aussi bien de le voir , que Ben Hur ( la version Charlton Eston ) , que Titanic ou AlienS du même James Cameron .

L ‘ académisme , n ‘est pas là pour embêter , mais pour poser un moule ( ou framework dans la start-up nation ) et structuré le propos , un point c ‘est tout . Mais cette vision est sur utilisé dans notre cinéma hexagonal et notre cinéma , qui doit arrêter de ce regardé le nombril et se mettre à jour sous peine d ‘ être réformé .

Publicités