L’été 2001 cinématographique

Juste avant la chute

J ‘ ai un souvenir particulièrement vif de l ‘ été 2001 , l ‘ une de mes plus belles périodes , mais aussi un été très chargé cinématographiquement parlant , qui connus deux énormes succès et un échec , car bien trop en avance .
Gladiator – Ridley Scott
Gladiator a très bien vieilli . Ce film ouvre sans doute la plus grande période créative de Scott avec « blackhawk down «  , le génialissime «  kingdom of heaven «  ( iredéfussable en cette période ) et s ‘ achevant avec «  américan gangster «  .

Sur le côté purement technique , les équipes du réalisateur anglais utilise les techniques déjà éprouvé sur Titanic et la trilogie du seigneur des anneaux : maquettes et effets 3D , plus de vingt ans après les maquettes ont-elles même disparues . Nous en verrons les conséquences avec le malheureux ( dans tout les sens du terme star wars 7 ) , mais c ‘est un autre débat .

Gladiator à ressuscité le péplum , genre cinématographique , qui c ‘ était perdu et parodié . Gladiator est un manifeste tout aussi politique , que l ‘ est devenu blade runner sur l ‘ intelligence artificielle et l ‘ esthétique urbain . Il a surtout permis de faire exploser Joaquim Phoenix et Russel Crow , devenue des acteurs majeurs , respecté et aimer .
Pearl Harbor – Michael Bay
À l ‘ époque , le « Pearl Harbor «  de Michael Bay , ce machin était vendu comme le nouveau «  docteur Jivago «  ou le nouveau «  Titanic «  , il n ‘ est ni l ‘ un , ni l ‘ autre . Ce film n ‘ en est pas un . C ‘est une enflure , un mauvais clip , mais il manque un scenario et une direction d ‘ acteurs dignes de ce nom .

Il dure trois heures ! Il aurait pus tenir sur deux . D ‘ un point de vue historique , il est ouvertement contestable , mais trouvera un écho funeste le 11 septembre 2001 . Mais il est et reste un mauvais film .
Final Fantasy : the spirit within
Ce film est très clairement un gâchis . Faire un film basé sur une franchise de jeux vidéo était en sois une gageure . Mais ce n ‘est pas Tron . Il n ‘est même pas comparable à l ‘ Avatar de James Cameron , dont il est l ‘ héritier technologique direct , FFTSW n ‘est pas Avatar .

Quand je l ‘ai vu à l ‘ époque comme une démonstration technologique et ce film est à prendre comme tel , vu le scenario fantomatique . C ‘est aussi l ‘ épitaphe de la période Silicon Graphics / MIPS , car l ‘ ancienne firme californienne en a profité pou racketté le pauvre studio hawaïen alors que l ‘ Intel Itanium commençais à apparaître et que l ‘ on commençais à parler de Pentium 4 64 bits .

 

Publicités