RGPD , article 13 et vie privée

La vie sur les réseaux est t’elle copyrightable , donc protégée par le droit d’auteur ?

En ce vendredi 31 mai , j’aurais du normalement fait mes backups et éventuellement joué aux jeux vidéo . Si je n’avais pas lu un billet , dont je mettrais l’url en fin d ‘ article .
Quand la protection de la vie privée commence à atteindre les non geek
Il y a une bonne dizaine d ‘ années , la protection de la vie privée ( garantie dès la constitution française de 1789) , les questions de garanties de protections des données et des systèmes était au vu , vu comme des trucs de geek , au pire de gauchistes – djembé – libertaires . Mais les affaires Snowden , Cambridge analytica et sans doute à venir posent des questions auquel il faudra répondre .

2018 aura été , dans ma vie personnelle l ‘ année des mamans . Deux femmes , proche de mon cœur ont mis à jours des petites filles avec plus ou moins de facilités . Mais ces enfants , ne sont pas dans l’ambiance intellectuelle , dans lequel j’ai moi mème vu le jour , il y a quarante-deux ans . L’informatique grand public était plus un désir d ‘ émancipation économique , donc politique qu’autre chose . L’Apple II se vendait et Microsoft ne vendait que son BASIC .

En 2019 , dans notre monde cyberpunk qui ne s’assume pas comme tel , la vie privée semblait une relique gothique du passé récent , n’importe quelles personnes avec son smartphone est liée aux autre via les réseaux sociaux , ces mêmes personnes , n ‘ ayant aucune connaissance informatique , fait n ‘importe quoi avec son terminal et ce fait détourner d ‘ une façon ou d ‘ une autre sa vie .

La RGPD part d’un bon sentiment , mais se révèle imbitable pour le créateur de plateforme . Celui-ci , via sa bonne volonté est confronté à des choix kafkaiens élaborés par des non-spécialistes , voir d ‘ incapables. De l ‘ autre côté du spectre , il y a la fameuse protection du copyright ou toute création d ‘ esprit est désormais protégé par une justice néo féodale ( je cite Benjamin Bayard) via des robots pour protégé le moindre bout de Johnny ou de l’Hanouna au kilo ( ses nouilles dans le slip sont copyrightable ) pour sanctionné le «  voleur «  .
Ou l’on arrive à bébé 2.0
Question : mettre les photos sur les réseaux sociaux , maquillé ou non de son engeance est telle protégé par le droit d ‘ auteur ? L ‘ interrogation peu être piquante . Le droit à l ‘ image est un droit que l ‘ on a tendance à être oblitéré à cause de la «  télé réalité «  et des chaînes d ‘ informations en continu .

Les interrogations de @maman presque pas parfaite sont de bon sens , jusqu’a preuve du contraire , mais cela peu encore tenir longtemps ? Après tout sur Linkedin , au moment de l ‘ inscription , il est conseillé de mettre une photo , on me répondra , que ce site est fait pour le réseautage professionnel et que tout cela est de la bienséance , mais .

Les services fiscaux utilisent le big data pour détecter les fraudes , cela n’est que le pas suivant après la dématérialisation de la feuille d’impôt encore une fois ce sont des données consenties et obligatoire , comme est consentie de mettre des photos de ces enfants , mais la CAF ,, en cas de suspicion , peu elle utilisée ces données où sont elle en contradiction avec les lois informatiques et liberté ?

Les services de police font abstraction de tout cela , du fait des diverses lois antiterroristes permettant l’accès à tout cela .
Alors , je sais bien , tout cela est une vue d’esprit , pour le moment , mais notre vie numérique , expérimentale fin des années 1990 est devenu habituelle en cet fin de deuxième décennie . Comment va t’elle évolué ? La est la question

Bébe 2.0

 

Free software , open source

Meaux, imprimante 3D et l’adoption de l’open source par les gens

j’avais parlé, il y a quelques semaines , du temps qui se passait entre l’apparition d’une nouvelle technologie et son adoption réel par le grand public . L’année dernière apparaissait une boutique d’imprimantes 3D dans l’hyper centre de Meaux , elle est morte dans l’indifférence la plus totale , pourquoi, comment ?
L’open source, le free software, c’est pour les technocrates
Le grand public se fiche de GNU /Linux , de l’open source et du free software , ignore volontiers qui sont Linus Torvalds ou Richard Stallman entre autre . Ce n’est pas un désintérêt volontaire , l’informatique est un domaine pointu et de passionnée .

Il n’y a qu’a voir le succès de la Playstation , qui bien que reposant sur un CPU MIPS ( fournisseur de Silicon Graphics ) et un petit GPU , pourtant bien qu’équivalent à un PC Intel Pentium «  ouvert «  la première console grand public de Sony était simple . Même si GNU/Linux , du fait de son développement en continu est naturellement plus performant que Mac Os X , mais GNU/Linux , malgré des bureaux comme GNOME ou KDE mais paraît ‘ il est moins ergonomique que le GUI de Microsoft Windows selon le «  grand public «

L’open source , marche très bien avec VLC ou Firefox Blender 3D/Cycles , mais ces logiciels , que j’utilise tous les jours , comme LibreOffice n’on pas temps la notoriété qui leur est dû , mai j’ai passé l’age et la patience d’évangélisé . C’est un sport de jeunes , mais comme ceux-ci sont cons comme des pelles .

Que l’open source redevienne un truc de clerc , me désespère , mais cela à toujours été plus ou moins le cas . L’informatique en encore et toujours l’image de «  magie noire ou blanche «  et des gamins «  des petits génies «  , les journaleux utilisant encore ce terme non jamais au grand jamais regardé la série éponyme .
L’impression 3D, la VR et le meldois
L’échec de la boutique d’impression 3D ne m’étonne pas comme je suis d’un grand scepticisme sur la location et le partage de vélos . Le meldois est bourru au premier abord et tout sauf technophile. Mais en contrepartie si cela fonctionne à Meaux, cela marchera partout ailleurs. La plus valu d’un nouveau magasin, d’un nouveau service doit être immédiat et pas cher .

Meaux est une ville tueuse de concepts , un exemple parmi d ‘ autre : une boutique spécialisée dans la revente de matériels Apple et par extension de la PAO , qui par la suite est devenu multi marques est morte au bout de trois ans . Celle-ci aurait pu être pertinente , mais je suis à quarante-cinq minutes en train ( quand tout va bien ) de l’Apple store d’Opéra et à un clique du site de l’entreprise phare de Cupertino .

Quant à la réalité virtuelle , cela est et reste un truc d’happy few : pas de standard industriel , pas d ‘ applications incontournables pour le grand public Apple , autrefois pilleuse de concepts , n’a rien compris au film , mais c’est Apple .

Pourtant , l’impression 3D , avoir son jardin potager va devenir au moins la norme , une nécessité climatique et économique , l’impression 3D technologie pour l’instant nerd est un moyen de s’affranchir de la société , l’autonomie n’est pas un gros mot , mais il faut commencer à y réfléchir .
Guillaume Meurice et Windows 95 : un bilan traumatique
En tant que fidèle de «  par Jupiter «  , j’aime la pilule de Guillaume Meurice , alors certes , c’est un technophobe et tape dès qu’il le peut sur la «  start up nation «  , concept à la con d ‘ un junior de HEC

Mais nous ferons toute et tous le bilan de ce concept . Meurice n ‘ aime pas la chose informatique , comme dit plus haut , au lieu de le penser comme un outil , il le prend comme un élément de différenciation social , plus jeune il devait plus lire un magazine de foot que joystick ou console + . Mais comme nos mamans sont restées coincé à l’époque de pong

Meurice es coincé en 1995 . Je ne lui en voudrais pas car Microsoft à réussi l ‘ exploit de mettre un pc dans chaque maison , la ou Apple ,dont c ‘ était le but premier , mais Crosoft , chantre , avec IBM du logiciel privatif , ces deux entreprises se sont ouvertes et adapté .

De Cray Resarch à HPE

Une page de l’informatique se tourne-t-elle ?

La semaine du 13 mai 2019 aura sans doute marqué la fin d’une grande entreprise , dont chacun a profité de sa technicité d’une manière ou d’une autre . Je parle d’une entreprise mise en publicité par le déjà oublié Tom Clancy : Cray Research .

Je sais , les béotiens s’extasient sur l’alliance on cloud entre Sony et Microsoft , sachant en plus que ces deux entreprises ont déjà travaillé ensemble via le standard MSX , qui était née trop top Mais le youtubeur, qui ne vois que strass, paillettes et voyages offert, ne s’intéresse pas à la technologie pure, mais est fasciné par Stadia et le dernier iPhone d’Apple .
Cray Resarch : innovations avant tout
L’informatique moderne doit plus de choses à Cray Computer qu’a Microsoft et Apple. Toutes les technologies hardwares actuels : SSD , réseaux , watercoolling , UNIX rock solid , bref ce que madame Michu utilise tous les jours en allant sur Facebook .

Cray Computer était sous la direction de Seymour Cray la start up par excellence , financé par l’état par besoin nécessaire à la souveraineté : calculs finis , énergie , aérospatial , cryptographie . Mais Cray Computer coûtait trop cher du fait de la niche ou se trouvait l’entreprise .
Achat par SGI , pillage technologique , revente à Tétra
À la fin des années 1990 , Cray se faisait mordre les mollets par Sun Microsystems et Silicon Graphics , la clientèle était la même .SGI ayant à l’époque un gros portefeuille , racheta l’entreprise de Chippewall Falls .

SGI avait une logique de gamme . Cela commençait avec la petite O2 pour s’achever avec l’énorme T3E théoriquement , Cray aurait du profité des technologies Silicon Graphics , cela ne fut pas le cas , la société de Mountain View fit la razzia des brevets et dopa toute sa gamme . Il n’y a qu’a voir l ‘ évolution des serveurs Origin et Onyx après le rachat .

Et il y eut l’éclatement de la première bulle internet , qui permit à SGI de supprimer ce poids mort . Cray fut vendu à la société Tera , ce qui permit de commencer à travailler sur un nouveau supercalculateur téraflopique ( nous sommes débuts 2000 , je le rappelle ) , ce fut le mystérieux X1 dont il n’existe que des vues d ‘ artistes .
Peter Ungaro et la rationalisation
Ungaro , fut à Cray Computing , ce que fut Tim Cook a Apple , mais de façon discrète et efficace . Ayant la lourde tache de succéder à Seymour Cray . Ungaro a fait passer d’une entreprise innovante mais exotique à un intégrateur à haute performance . Alliance avec Nvidia , alliance avec AMD , utilisation de Linux . Les machines Cray étaient devenu des clusters de luxe , peu ou pas de R&D mais bénéficiaire et gagnant des parts de marchés .

Je ne vais pas pleurer ce rachat . HPE avait déjà avalé SGI , mais ; le souci par rapport à Cray est le CUG , qui regroupe les clients de Cray , la transition va être inintéressante . La concentration du secteur est logique , mais est ce un bien ?

Akira Toriyama & Dragon Ball – William Audureau

D ‘ un mangaka gag à Georges Lucas

Akira Toriyama & Dragon Ball de William Audureau est un ouvrage remarquable .
Alors que l ‘ ouvrage , je préfère rester poli de Valérie Précigout n ‘ est ni fait , ni à faire , passant à côté de son sujet .
De Dr Slump à Dragon Ball
Comme tout le monde j ‘ ai découvert Akira Toriyama dans le version TV de «  Dragon Ball «  , je sais , c ‘est d ‘ une banalité confondante . Mais à l ‘ époque , nous ne connaissions DB que sous cette forme . Dorothée , pas folle , voyant les audiences de Dragon Ball à bien entendu poussée pour diffuser l ‘ animé .

Dragon Ball est à la fois un accident et une volonté d ‘ éditeur en chef . Audureau connais son sujet sur le bout des doigts , c ‘est un Dragon balliste ( je sais cela est un barbarisme ) de très grand talent et explique fort bien le cheminement du manga d ‘ aventure et très légèrement salace au shonen de référence jusqu ‘ à la partie Z .
Dragon Ball Z , Namek et les États Unis
Dragon Ball Z à étez à posteriori l ‘ équivalence d ‘ une révolution copernicienne dans le manga . En allant toujours plus loin dans l ‘ épique , le dramatique , la violence . Un combat Goku vs Freezer ,n ‘ a rien à voir avec celui de Goku vs Jackie Chan , pourtant c ‘est le même univers , mais la temporalité différente .

William Audureau revient sur ce désastre , cette tache , qui commence à disparaître : «  Dragon Ball évolution «  , tout le monde connaît , ne serais ce de par sa réputation exécrable . La Fox à berné Toriyama et la Toei , comédiens à l ‘ ouest , un scenario à côté de la plaque , un budget à faire rire un régisseur de «  games of thrones «  .

Les circonstances historiques ne joue pas en faveur des États Unis : l ‘ animé est arrivé dix après tout le monde , à étez censuré dans tous les sens ( la partie introductive de Kamé Senin ) et surtout culturellement hors de porté d ‘ un Américain moyen , c ‘est comme faire écouter un opéra de Rameau à un Texan , quand un type est plus habitué à la country music , à un marqueur du règne de Louis XV , il y a nécessairement incompréhension .

Dragon Ball Z , plus sec , plus science fictionnesque à elle étez accepté par l ‘ ado moyen . D ‘ ou la prise de licence de la Fox . Ce qi provoqua la colère conjointe d ‘ Akira Toriyama et de la Toei .
Dragon Ball Super , Broly et la gestion de la licence
Dragon Ball est devenu en plus de trente années une énorme licence . Alors , oui je suis dubitatif sur DBS , quoique le tournoi multivers est plaisant à lire et dynamique . DBS est surtout l ‘ introduction au canon de Broly , Akira Toriyama à avoir sur le sujet , plus de couille que Lucas et puis plus tard de Disney

L ‘ incident DBE à marqué le créateur , qui était plus ou moins retiré des affaires , à obligé la création d ‘ un consortium protégeant Dragon Ball et Toriyama repris son stylo , non plus en tant que scénariste et dessinateur , mais en tant qu ‘ écrivain pour relancer les aventures de Son Goku .

Pour conclure : « Akira Toriyama & Dragon Ball «  est un indispensable , cela ne se discute pas