Les start – ups , futur bouc émissaire médiatique de l ‘ énième crise de 2020 ?

Ou le remake «  à la française «  de la bulle internet des années 2000

Nous y sommes , Marianne , dans son numéro 1207 du 1er au 7 mai 2020 à exécuter à la russe le modèle d ‘ entreprises ce voulant , à la base «  innovante « . Je ne vais pas donner tort à ce média , qui comme l ‘ équipe de Charline Vanhoenecker et ces séides ont toujours eu une certaine allergie , voir des réflexes pavloviens concernant les «  start – ups » à la mode de France .
Un problème lexical dans les médias français
Quoique l ‘ on fasse , les trois quarts des médias hexagonaux ont toujours eut un souci avec les cultures autre que celles qui sont valorisées des copains dans les arrondissements de Paris , le reste du pays , étant terra incognita par les «  sachants «  . Je ne reviendrais pas sur le cas des geeks , ou nous sommes passés de fans d ‘ informatique , d ‘ héroïc fantasy , de comics books et joueurs invétéré d ‘ AD & D à amateur de films Marvel .

Même problème concernant les start – ups : en outre atlantique , ce sont des entreprises , lointaine héritières du Homebrew Computer Club , innovantes , désireuses de pousser les murs a des firmes, en France , monté via des powerpoints , sans aucuns bouts de codes ou de prototypes , même bugué pour des levées de fonds , confondu avec une visite à sa banque ou pire au casino .
Un environnement technologique et économique très différent des années 1995 – 2000
Entre temps , les GAFAM ont créé des environnements d ‘ obligés . Bénéficient d ‘ appuis logistiques et technologiques . Biotope , n ‘ existant pas en France , il y a certes les stations F et ces clones régionaux , mais que pèse t ‘ils fassent au start – ups épaulés par Oracle ou IBM ? En ce sens ces entreprises devraient mieux tenir le choc que les institutions montées via des accélérateurs crée à la va-vite pour bénéficier du levier start – ups hexagonal .

Paradoxalement , cela va aider les geeks , qui vont pouvoir travailler tranquillement , à l ‘ ombre des médias occupé à des choses plus génératrices de cliques comme la TV et autre personnalités politiques ce présentant à la présidence de la république .

Comme d ‘ habitude , seuls vont rester les créateurs croyant à ce qu ‘ ils font , ayant le feu sacré , voulant provoquer des révolutions coperniciennes tous les quatre matins et les touristes et / ou anciens d ‘ écoles de commerces , qui iront piller des ressources économiques dans une activité a la mode de l ‘ époque . Il y aura toujours des Rastignac , mais ils ne traîneront plus leurs guêtres dans les milieux technologiques pendant un certains nombres d ‘ années .

De l ‘ hypocrisie de la disparition de Christophe

Durant , ce que nous pouvons appeler la première crise du COVID 19 , nous avons perdu un certain de nombre de personnalités , dont Christophe . Je n ‘ étais pas particulièrement un admirateur de son vivant , même si artistiquement , il se rapprochait de Jean-Michel Jarre , enfin il y avait communauté d ‘ idée et de concept , comme on put l ‘ être Richard Stallman et le jeune Linus Torvald .

Juste après sa disparition , ce fut aussi spectaculaire qu ‘ un début de chœur dans une œuvre de Berlioz ou de Verdi , ce fut un auteur compositeur , interprète qui a été la plupart du temps ignoré comme le fut Edgard Froeze . Ma surprise fut quand même l ‘ hommage RMC ou cela parlait culture , oui ce lieu qui es le méta – bistro par excellence , ce lieu ou il ne fait pas on d ‘ approché un briquet allumé a neuf heure du matin sous peine de d ‘ être brûlé au énième degré et dire que l ‘ on accuse de tous les maux les réseaux sociaux …

Les chaînes radios publiques ne fut pas en reste , mais fut relativement décente entre un Nagui qui versa des larmes de crocodiles et une Charline Vanhoenecker qui , comme d ‘ habitude ne put s ‘ empêcher d ‘ arrosé d ‘ essence le cadavre encore chaud et de gratter une allumette toute symbolique , seul France Culture , comme d ‘ habitude s ‘ en tire avec les honneurs avec la rediffusion d ‘ une série d ‘ entretien vieux de dix ans et fut d ‘ une sobriété toute calviniste

De l ‘ hypocrisie de la disparition de Christophe

Durant , ce que nous pouvons appeler la première crise du COVID 19 , nous avons perdu un certain de nombre de personnalités , dont Christophe . Je n ‘ étais pas particulièrement un admirateur de son vivant , même si artistiquement , il se rapprochait de Jean-Michel Jarre , enfin il y avait communauté d ‘ idée et de concept , comme on put l ‘ être Richard Stallman et le jeune Linus Torvald .

Juste après sa disparition , ce fut aussi spectaculaire qu ‘ un début de chœur dans une œuvre de Berlioz ou de Verdi , ce fut un auteur compositeur , interprète qui a été la plupart du temps ignoré comme le fut Edgard Froeze . Ma surprise fut quand même l ‘ hommage RMC ou cela parlait culture , oui ce lieu qui es le méta – bistro par excellence , ce lieu ou il ne fait pas on d ‘ approché un briquet allumé a neuf heure du matin sous peine de d ‘ être brûlé au énième degré et dire que l ‘ on accuse de tous les maux les réseaux sociaux …

Les chaînes radios publiques ne fut pas en reste , mais fut relativement décente entre un Nagui qui versa des larmes de crocodiles et une Charline Vanhoenecker qui , comme d ‘ habitude ne put s ‘ empêcher d ‘ arrosé d ‘ essence le cadavre encore chaud et de gratter une allumette toute symbolique , seul France Culture , comme d ‘ habitude s ‘ en tire avec les honneurs avec la rediffusion d ‘ une série d ‘ entretien vieux de dix ans et fut d ‘ une sobriété toute calviniste

Les grands méchants GAFA , le retour

Ou la vision pavlovienne d ‘ une certaine gauche

La crise du COVID 19 a été un certain révélateur d ‘ arrière pensée et mis au bilan d ‘ autre mode d’ apophtegme comme la politique ou le néo-libéralisme . Nous sommes certes encore loin d ‘ une économie à la Star Trek , mais nous avons clairement basculé dans le cyberpunk depuis la crise boursière de 2008 avec la prééminence de la Californie ( et de Seattle ) . Les geeks , bien sur s ‘ en sont aperçus , même dans notre pays .

Il va de soi que les commentateurs politiques , déjà en service sous Pompidou , agrippé tels des moules sur l ‘ Amoco Cadiz , n ‘ ont pas vu la bascule , c ‘est logique . Après tout France Inter passe bien pour un repaire de crypto gauchistes … pas l ‘ entier té de la station , un Jerome Garcin , n ‘ a pas grand-chose à avoir avec Rebecca Manzoni .
Ivan et Natacha contre evil Amazon
Seuls un trio , animant une émission de dix-sept heures a dix-huit heures du lundi au vendredi sont les commissaires politiques d ‘ Inter . De vrai tchékistes . La présentatrice est une caricature de la «  gauche culturelle «  , qui adorent invité des sociologues : affabulateurs de toute sorte parlant forcément de choses qu ‘ ils ignorent , artistes nécessairement maudits et autre «  comédiens «  en promotion

Ivan , le coanimateur , passe sa vie dans le dix-septième arrondissement de Paris , ce moquant de ces habitants car ne s ‘ endormant pas en lisant les pensées de Lénine , de Mao et de Marx , ces mêmes sont forcément déviants car étant de droite ou classé comme tel . Notre trio de choc , ne rêve que de reproduire Katyn envers les bourgeois ou passant comme tel , seul n ‘ a le droit que le mythique migrant , nécessairement damné de la terre , malheureux par nature et doit donc être vengé d ‘ un crime imaginaire , comme être natif d ‘ Europe .

Ce duo ne rêve que de rejouer octobre 17 en France , en les écoutants sérieusement et il faut le faire , fait passer Félix le fer pour un droitard , ils sont fondamentalement contre la liberté d ‘ expression , combien de soi disante plaisanteries ou passant comme tel sur Pascal Praud et CNEWS , toute autre pensée est un crime qui mérite une visite dans les caves de la Loubianka . Ne pas se tromper , ils ne sont pas démocrates .

La semaine du 13 avril 2020 acheva le ridicule de nos staliniens de choc . Natasha était réjouie de la fermeture temporaire des entrepôts d ‘ Amazon France et encourageait le désormais rare auditorat a consommé moins et d ‘ acheté ailleurs , mais pas à l ‘ une des entreprises originaire de Seattle . On oubliera au passage que nos aspirants au politburo passe outre les salariés ( donc complices objectifs ) d ‘ Amazon France obligée au chômage technique momentané . Mais le lecteur aura compris qu ‘ une entreprise , américaine de sur crois est nécessairement un suppôt du capitalisme , donc le mal incarné , puisqu’il faut détruire le capitalisme forcément amoral

Dimanche 19 avril : FNAC – DARTY demande un crédit de sauvegarde auprès de l ‘ état , il serait «  amusant «  de voir cette entreprise passée sous le giron de Jeff Bézos .

Il n ‘ y a pas plus aveugles que les gens qui ne veulent pas voir . Ce trio , ayant encore droit au chapitre sur France Inter