Matrix – Wachowski sisters

Au-delà dès vingt ans …

Il est étonnant de voir la presse généraliste , du Monde à l ‘inénarrable Slate battre leurs coulpes , jusqu ‘ au ridicule concernant « Matrix «  . Je vais dire une chose banale , j ‘ étais allez en salle pour voir ce film , commun, mais importante . À l ‘ époque , personnes , hormis la presse spécialisée n ‘ avais vu ce qui allais advenir .
Matrix : avant tout un alliage
Les Wachowski ont américanisé ce qui pour nous , ancien spectateur du «  club Dorothée «  ont fait nos mercredi après midi . Les Américains ont découvert très tard les animés et les mangas . De toute façon , ils ont du mal avec les cultures exogènes , l ‘ américain normal n ‘ a aucune connaissance historique et géographique .

Matrix , du fait de ces spécificités : petit budget , mise en scène inspirée des films hongkongais , de ghost in the shell , du polar hard boiled n ‘ aurais pas du percé . Surtout l ‘ année qui aurait du porté au triomphe Georges Lucas et son épisode 1 . Qui du fait d ‘ accumulations de mauvaises décisions des marketeux ont plombé la prélogie .

Concernant le cyberpunk , le sujet en lui-même est habituel , «  Johnny Mnémonic « , le premier animé «  ghost in the shell «  , «  le cobaye «  . Mais hormis GITS , qui est frontal sur le sujet n le cyberpunk était édulcoré . Alors certes , le sujet en lui-même est dépassé vingt ans après du fait des GAFA , qui ont introduit dans le réel , les corporations cheres aux jeux de rôle «  GURPS «  ou «  neuromancien «  .

L ‘ épisode 1 n ‘ a pas fait de sorties mondial entre autre , mais une belle mise en salle différer . Et puis les combats au sabre laser sont paru anachronique vis-à-vis des duels entre Néo et l ‘ agent Smith . Matrix n ‘ a rien coûter : 63 M$ , c ‘est le tarif d ‘ une dizaine de films d ‘ Agnès Varda .
L ‘ héritage
Les Wachowski ont fait le même travail que Mc Tiernan : faire évoluer , cassé le film d ‘action . La ou un Mc T a renouvelé la mise en scène : ces die hard 1/3 sont séminaux , les Wachowski ont rajouté du vocabulaire , de la conjugaison , de la ponctuation au cinéma .

Un film , comme Superman V Batman n ‘ aurais pas pu être réalisé sans Matrix en amont , le MCU n ‘ aurais aucunes fondations formelles sans Matrix . Un film comme «  captain américa : the winter soldier «  n ‘ aurais jamais pu être réalisé avant Matrix .

Il faut dépasser le bullet time ( invention made in France ) et les manteaux en cuir . Matrix c ‘est tout cela plus une caméra virevoltante et surtout un scenario écrit . Cela peu paraître extraordinaire de nos jours , mais un film , c ‘est avant une histoire , pas un montage épileptique de séquences pseudo aléatoire sur de la «  musique «  non écoutable hors contexte .

The westworld – Jonathan Nolan

IA an 2

Alors que les politiques , ne cessent de parler d ‘ intelligence artificiel à tord et à travers . Que celle ci , ce déploie dans nos vies de tous les jours via nos laptops , nos smartphones . Que ces programmes spécialisé dans le traitement de nos données nous facilitent la vie . Cette forme programmatique inspire les créateurs culturels .

Nous avons deux écoles : les pessimistes avec terminator et battlestar galactica , les optimistes avec matrix et ghost in the shell et bien sur l ‘ entre deux avec le «  réaliste «  avec Jonathan Nolan . Nolan avait déjà fait un travail remarquable avec «  person of interest «  , œuvre intéressante , mais dilué façon 90 ‘ s , mais ce rattrapant sur les dernières saisons , frontales , noirs et à la limite de HBO .
Un parc , une ambiance , des IA
Westworld est un terrain de jeu de riches , de premiers de cordées , débauchés et sois disant cynique pour la plupart . Pour ces gens foutres , aillant tout , viennent s ‘ ‘encanaillés .

Voilà pour le schéma de base , mais les personnages de ce parc à thème , je parle des hôtes , commence à développé des souvenirs , une récurrence , une personnalités autre que leurs programmes . L ‘ épisode d ‘ introduction est subtil en laissant échapper des références par ci , par la , mais Nolan connaît son bréviaire de l ‘ IA .

Il y bien sur , dans tout western qui ce mérite , une héroïne , douce et innocente , Dolores , plus vielle pensionnaire du parc , qui au bout de trois décennies s ‘ aperçois que son monde , n ‘ est peux être pas celui la .

Nous rajoutons à cela le créateur du parc et une affaire d’ espionnage industriel et cela fait de « westworld » l ‘ une des séries les moins manichéennes de ces dernières années avec « games of thrones » , « battlestar galactica « et «  person of interest «  ou celle ci ce terminais sur un débat philosophique .
Westworld : le bourrinage n ‘est pas une facilité d ‘ écriture
En temps qu ‘ amateur de longue date de séries HBO avec «  the Soprano «  , «  the wire «  , «  the newsroom «  , «  games of throne «  bien sur , la plupart des séries qui ne font pas dans le détail et ce lâchent au niveau sexe et violence ; cela fais partie de l ‘ ambiance des séries sus nommés .

Mais westworld baigne dans l ‘ ironie et le quatrième murs . Les scènes régulières dans le monde réel , nous rappelles que Dolores , les prostituées et leurs antagonistes du parc n ‘ existent pas , non pas pas d ‘ âmes , sont des animas , mais sont très dangereux pour les visiteurs ; d ‘ ou le contrôle constant sur celui ci .

Westworld joue perpétuellement sur le quatrième murs , comme le dit l ‘ un des protagonistes de la série , cela ne sert à rien de tombé amoureux de ces choses , elles ne sont la que pour servir . Mais telle les prisonniers de la caverne , ils comment à ce douté qu ‘ il y a un au-delà du parc .
Copyright
Westworld est très importante dans l ‘ œuvre de Michael Crichton . Car cette histoire est le prototype des «  jurassique park «  , mais la ou les notions de copyrights sont constantes dans les romans ( les dinosaures d ‘ Hammond ne sont pas naturels , mais fruit de manipulations génétiques )
Donc que cela vienne sur le tapis via de l ‘ espionnage industriel relativise et c ‘est le but ce qui ce passe dans le parc .

D ‘ ailleurs l ‘ un des personnages est direct sur le sujet , je trouve cela sain . Ford , n ‘est lui pas du tout la version 1.0 de John Hammond , il est heureux dans son parc , veut amusé ses invités , tout en faisant évolué ses hôtes .
Twist
Comme dit plus haut , Jonathan Nolan à beaucoup appris sur sa première série et sur la gestion des événements interne de la série . Il est normal que les personnages évoluent au cours d ‘ une saison . Mais ce que l ‘ on crois vrai au début , ne l ‘ est pas à la fin .

D ‘ ou les twists , qui en sont des vrais . Les plus emblématiques étant l ‘ homme en noir et l ‘assistant de Ford : Bernard .
Des IA plus humaines que nous «  humains «
Pourquoi s ‘ attachent t ‘ on ? Au final , qu ‘ est ce qui différencie un robot , sous IA , singeant un humain , qu ‘ un sac à viande sans éducation ayant le bouton nucléaire ? Jusqu ‘ à la fin de la première saison , rien ne différencie Ford , de Bernard , Dolores ou de la tenancière du claque . Mais celle ci évolue de façon fulgurante et fait sauté les barrières du fait de sa réappropriation , mais reste limité à sa fonctionnalité et ces limitations .

Au final que retenir de la première saison de westworld ? Nolan à l ‘ intelligence de ne pas réinventé la roue . De ce servir du film de Michael Crichton , non comme aboutissement , mais comme départ . Nolan cite matrix , ghost in the shell , battlestar galactica , jurrassik park , games of thrones …

Mais ne prend pas le spectateur pour un con et cela change des «  show «  à la mode de France .

Nicky Larson – le parfum de cupidon – Lachaut

un shitstorm exemplaire et mériter !

Ainsi donc Lachaut à mis ces menaces à exécution : il à réalisé la version franchouillarde de Nicky Larson . Pour les deux du fond , c ‘est la version douteuse et enfantine de City Hunter , polar hard boiled , qui est tout sauf rigolote .
Quand la culture de la licence passé par le filtre d ‘ Hanouna
Il y a un an , Lachaut annonçais , telle le Stanley Kubrick , qu ‘ il n ‘est pas , l ‘ adaptation française de Nicky Larson , version PG à mort de l ‘ animé City Hunter , cette traduction ne ce justifie que par l ‘ époque ou Ségolène Royale nous martyrisais .

Lachaut , à donc profiter d ‘ un coup marketing . Soyons très clair , j ‘ ai subit , comme tous les gens de mon age Nicky Larson , j ‘ ai redécouvert cette série en version non censuré et c ‘est d ‘ une noirceur digne de Frank Miller .

Lachaut va ce défendre en disant qu ‘ il à eut droit à l ‘ adaptation par l ‘ auteur lui même . Ghost in the shell , version Johansson , à aussi étez autorisé par le ghost in the shell commitee et le film est atroce .

Lachaut est un comédien , dans le plein sens du terme et c ‘est un soucis . J ‘ aurais préféré un acteur , mais bon , il aurait fallut un tragédien , pas un invité d ‘ Hanouna . Car c ‘est aussi l ‘ autre soucis , l ‘ humour va être gras , lourd , misogyne et bien sur pas du tout #Me Too compatible , car il faut être Hanouna compatible .

Car en prenant l ‘ angle «  comique «  , tous en massacrant la version Ségolène Royale de City Hunter , il dilue , récrit les personnages .
Comment ce foutre d ‘ une génération ouvertement
J ‘ ai beau être de la génération club Do , mais le Nicky Larson de Lachaut et très fort en symboles . J ‘ ai parlé de l ‘ idéologie hanounesque plus haut , mais c ‘est aussi une tentative de faire de l ‘ argent facile en voulant joué sur une certaine nostalgie …

Mais Lachaut à voulu faire abstraction des échecs du reboot féminin de Ghostbuster et de l ‘ échec du ghost in the shell . Mais croyant avoir la baraka , il crois réussir , la ou les autres on échoué . Au final la cible commercial visé ? Certainement pas le quadra , il à son intégral DVD non censuré . Les fanzouzes ? À la rigueur . Non , le public est la ménagère , de moins de cinquante ans , chère à C8 .

Bref sa sent l ‘ échec toussa

Ou l ‘ on ce revois la saison trois de the xfiles

Entre jump the shark et cohérence

The XFiles à étez une série mythique , je dit bien étez car il y a eut les saison dix et onze , à peine meilleur que les saisons huit et neuf . La saison trois conclu le premier cycle de la mythologie de la série , tout en introduisant l ‘ humour qui fera le sel de la première série de Chris Carter .
Mythologie
Le début des années 1990 à étez le grand moment des séries mythologique . Je pourrais très bien citer Buffy the vampire slayer et son spin off Angel , Babylon 5 à aussi ces mythes . Tous le monde ce souvient de ce vendredi soir à la fin traumatisante du season final de la saison deux : anasazi .

Il à fallut attendre un an . Et la fin du triptyque est grandiose , car nous passons de la suggestion à la démonstration . Le syndicat pourchassant Mulder avec sa cassette DAT ( technologie désuète et disparue) . Chris Carter profite de la trilogie anasazi pour parler de l ‘ opération , réel «  paper clip » . Les épisodes mythologiques mettent en porte à faux la glorieuse histoire de l ‘ Amerique , chose que le créateur de la série commençais à faire avec certains loners de la saison deux .

La saison trois est pivot pour la série . Esthétiquement , c ‘est la saison Vancouver , le clair obscur en est à son maximum et porte une bonne fois the XFiles à un très haut niveau esthétique similaire aux saisons une et deux de Millénium .
L ‘ émergence du geek
Le geek n ‘ a commencé à être pris au sérieux , qu ‘ à partir de the Xfiles . Les lone gunmen ont rendu un service immense à notre communauté . Certes , il y aura la version immature dans Buffy the vampire slayer , mais tout part , dans une version sérieuse dans the XFiles .

Les lone gunmen sont un rouage critique dans la série , ils font avancé par leurs expertises technique ,l ‘ intrigue général .

Mème chose et cela on l ‘ oubli , Chris Carter est un créateur ironique , je renvois au personnage José Chung , car , il faut osé ce moquer du mythe XFiles en y injectant du quatrième degré .

Pour moi la saison trois est la meilleur de la série , elle aurait pu et du arrêté en saison cinq , mais ce qui à tué la série est à la fois l ‘ actualité et son déménagement en Californie , mais cela est un autre article .

Le geek , le big bad de l ‘ industrie ?

Buffy the vampire slayer , Doctor Who , City Hunter | Nicky Larson

A l ‘ époque de GeekBill , je notais l ‘ influence économique , donc politique des geek . Nos comics , nos manga, nos animés servent de matières de base aux marketeux , pour vendre leurs packages à McDo .

Je ne vais certainement pas pleuré sur le fait que nous quittions , pour un temps , l ‘ underground culturel . Même si paradoxalement , tue des revues spécialisé , qui ont essayé de s’ ouvrir vers Dylan , mais ce petit con , ne s ‘ intéresse pas à ghost in the shell , James Cameron ou Peter Jackson , mais plutôt aux derniers potins sur le prochain blockbuster à la mode , mais ne veux pas connaître le pourquoi des comment des SFX .
Buffy the vampire slayer : du remake au possible spin off à l ‘ éventuel poubelle
Ces dernières années ont vus le peuple geek tué des projets , qui pourtant étaient taillé pour le geek . Je parle bien évidemment du pitoyable remake féminin de ghostbuster et du ghost in the shell de Scarlett Johansnon . Deux long métrages qui non pas survécus au mur de briques .

Fin Juillet 2018 , la 30th Fox annonce un possible remake «  politiquement correct «  de Buffy the vampire slayer . BTVS est une série , comme the XFiles , E.R ou the persuader , qui raconte une époque . Il y a un avant et un après . BTVS est tout , sauf un show à vocation d ‘ être correct , Joss Whedon à pris les archétypes de teen movies ou de Beverly Hills 90120 pour en faire autre choses : des icônes . Le mème tour de force que Chris Carter à rendu badass des agents du FBI .

Est il si nécessaire que cela de faire une suite – remake de Buffy the vampire slayer ? Disons que comme nous sommes dans un monde post #Metoo , handmaid ‘ s tale , SJW en combo avec le véganisme , BTVS est effectivement trop blanc , trop carnivore et pas du tout LGBTQ+ , Willow , c ‘est pas assez ( pour les SJW végan actuel ) …

Maintenant le plus pitoyable : La Fox c ‘est littéralement couché face à un possible boycott … donc la possible showruneuse , c ‘est contrit par rapport à la colère montante et nous sommes passé d ‘ un remake à la mode 2018 à un spin off ( Angel , toussa …) … l ‘ ancienne entreprise de Rupert Murdoch , aurais du au contraire , poussé l ‘ expérimentation . Mais bon la showrunneuse , ne feras certainement pas le Battlestar Galactica de la fantasy urbaine . N ‘est pas Ron D. Moore qui veut .
Nicky Larson | city hunter : quand un pseudo comédien , ce fait remettre à sa juste place : sortir les ordures
Début Août 2018 , Twitter à étez en feu durant une journée : l ‘ annonce d ‘ un OAV city hunter . Étant de la génération club Dorothée , j ‘ ai bien évidemment connus la version «  franchouillarde « : Nicky Larson .

Pourtant city hunter est la version intégral de la version pour enfants Nicky Larson . Un malheur n ‘ arrivant seule , Philippe Lachau annonçait tout fière qu ‘ il allait commettre une version live , française , cause aggravante ..

Lachau part de la version club Do pour faire sa sauce … quelle est l ‘ intérêt , hormis pour faire marré ces potes , de partir d ‘ une version délibérément censuré pour en faire une version française , qui sera de toute façon en dessous de la version originale ? Imagine t ‘on Christian Clavier joué Veterini dans une version saucisson – gros rouge des «  anales du disque monde » ?

C ‘est un projet aussi con que la version Johansson de ghost in the shell et aussi vain
Doctor Who version Jodie Wittaker : de la différence entre compagnons à ami.e.s
Je l ‘est déjà dit le changement de genre dans Doctor Who ne me gène pas et c ‘est de sur crois canon . Le Maître à changer de sexe , le Doctor devait le faire à terme . Mais Doctor Who en treize ans à évoluer , selon le talent du showrunner , les qualités des scenarii et des acteurs . Il n ‘ y eut aucun problème jusqu ‘ à Capaldi .

Le règne de Capaldi à étez catastrophique , hormis son ultime saison , tout juste correct vis à vis de celle de Tenant et Smith . Encore une fois , je ne remet pas en cause la qualité d ‘ actrice de Wittaker , mais nous passons d ‘ un show familiale ouvert d ‘ un point de vu sociétal à un show , toujours à vocation familiale , mais la ce voulant inclusif , sans compté la mise en valeur systématique du fait que le Doctor est une femme …

Pareil , les compagnons , désormais «  ami.e.s «  vont être une horde , nous serons désormais loin de la piquante Donna , de Rose ou des Pond , mais chaque «  ami.e.s «  va représenté une minorité social ou racial anglaise …

Au fait la BBC à viré Murray Gold pour le remplacé par un compositeur «  brouillon «  et bruyant . Manquerais plus que « Chris « de Christine and the queens face un caméo ,mais bon pour cela il faudrait quelle lâche son logiciel de MAO , cinq minutes ( je plaisante …)
Donc , le geek ?
Il va être intéressant de voir évolué ces trois projets . Doctor who , série anglaise , américanisée depuis la mi temps Smith , la version Wittaker à une chance sur deux de ce planter , mais cela sera modèle Concorde su Gonesse . Si cela ce plante , cela prouvera la capacité de nuisance du geek et la cela vira au problème .

married …with children

L ‘ Amérique de Trump , trente et un an en avance

Depuis l ‘ élection de Donald Trump , les média officiels s ‘ étonnent encore et toujours de ce choix . Alors que le monde avais étez prévenu que les sois disant «  white trash «  américain , avec leur équivalent melunais en France avec la sitcom , ce voulant parodique : married …with children .
Sous couvert de fiction …
Married … with children voulais , ce moquer des blancs pauvres américain . Hors ces épisodes , écrits de manière acide , passe assez mal à l ‘ heure ou le politiquement correct s ‘ abat dans chaque foyer . Certes la série est actuellement rediffusé , mais hors contexte historique … ce qui fait que la sitcom est incompréhensible pour Kevin qui passe son temps sous FORTNITE .

D ‘ un strict point de vu créatif , les années 1990 ont étez la décennie sitcom . Nous avions commencé par married …with children antithèse de Cosby show ou who ‘s the boss , reaganien à mort . Pour terminé par friends .

La famille Bundy semblait extravagante à l ‘ époque . Sauf que depuis , c ‘est leur avatar qui à pris le pouvoir à la maison blanche , ni plus , ni moins .

Le no mam ‘s , la misandrie de Marcy , l ‘ ultra puritanisme , certes écrit à la bombe de peinture , mais annonçant l ‘ affaire Weinstein et ces suites . Les Bundy , bien que créatures de fiction révèlent le vrai fond des USA .

Nous , les français , nous en valons pas mieux . Simplement parce que l ‘ éducation , l ‘ environnement social est dissous dans le coca cola le plus rance . Vous vous moquez de Kelly Bundy ? Mais elle ce promène désormais dans les petites ruelles de France et le gamer ‘ s gate est le gamin du no mam ‘ s et de big uns , 4chan n ‘ a rien crée .

Lady Oscar – Berusaiyu no bara – Riyoko Ikeda

Une certaine vision du dix huitième siècle français

La fin des années 1980 , jusqu au milieu des années 1990 , ne ce résume pas en japanimation au règne de Dragon Ball ou à la diffusion , incomplète de Saint Seiya . Nous eûmes droit à être accompagner , en voix off par monsieur Jean Topart , sur des adaptations de «  Rémi sans famille «  , «  Ulysse 31 «  et surtout Lady Oscar .
Arriver à excuser Marie – Antoinette d ‘ Autriche
D ‘ une certaine manière , Berusaiyu no bara essaye de réhabilité Marie Antoinette . Certes , la fin de l ‘ animé et du manga tire vers un romantisme invraisemblable avec les formes finales d ‘ Oscar de Jarjayes et d ‘ André Grandier , qui exacerbe le sentimentalisme .

Mais Ikeda reste dans la vrai histoire . Il faut quand même avouer , que Lady Oscar est une bonne initiation à cette période , mais cela ne reste que de l ‘ initiation ..

Le problème que j ‘ ai avec Berusaiyu no bara , est de faire passer Marie – Antoinette d ‘ Autriche comme une intrigante , une idiote , une victime . Elle n ‘ a jamais étez une victime . Avec le recule de deux cent vingt cinq ans , nous avons les tenants et les aboutissants .
Les mangaka et la France …
Ce qui va suivre , va aussi pour les américains . Ces deux peuples , ont une vision déformé de notre pays . Autant , cela est sympathique pour les japonais , même si les préjugés entre nos deux nations ont tendance à disparaître . Du coté du texan par contre , de toute façon pour les USA , tous ce qui est outre mer est considéré comme barbare ( dans le sens grec et romain du terme ).

Berusaiyu no bara et Remi sans famille , ont fait découvrir à toute une génération , la littérature française . Mais bon , le sujet à étez traité en long et en large sur BiTS . Nous les quadra avons eut la chance de ne pas avoir eut à choisir via les programmeurs du club Do . Ces femmes et ces hommes de l ‘ ombre ont fait un très bon travail , même si ces séries étaient passé au ciseau derrières.

Berusaiyu no bara est un classique à voir , mais avec des réserves historiographiques .